23/11/2015

2010

La recherche picarde en pleine lumière

- A +
Ecoutez le texte avec ReadSpeaker Recommander cet article Imprimer
2010 : l’État lance les Investissements d’avenir, un vaste programme de soutien financier à la recherche en France. Plusieurs projets picards tirent leur épingle du jeu, comme l’explique l’ancien président de l’Université de technologie de Compiègne (UTC), Ronan Stephan.
2010

En 2005, je suis nommé à la présidence de l’Université de technologie de Compiègne. Un établissement hors norme, aux avant-postes en termes de recherche collaborative et d’ouverture sur le monde de l’entreprise. Quatre ans plus tard, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche me propose de prendre les fonctions de directeur général de la recherche et de l’innovation. Cette nomination coïncide avec le lancement des Investissements d’avenir. Trente-cinq milliards d’euros vont spécialement être affectés à l’innovation, au déploiement des énergies décarbonées, à l’invention de la mobilité du futur… L’enthousiasme est énorme ! Partout, dans les laboratoires comme dans les centres technologiques, dans les pôles de recherche et aussi dans les entreprises, des projets prennent vie.

À l’issue des comités de sélection, plusieurs initiatives picardes sont directement soutenues par ces Investissements d’avenir : "Store-EX", pour ses futures avancées dans le stockage électrochimique de l’énergie ; "MS2T", qui invente les transports intelligents ; "FIGURES", qui jette les nouvelles bases de la reconstruction faciale. Et "PIVERT" devient, naturellement, l’un des premiers instituts d’excellence sur les énergies décarbonées.

Ce n’est pas le fruit du hasard ni de l’opportunisme si, à l’époque, la Picardie tire son épingle du jeu. J’ai pu m’en rendre compte de près lors de mes années passées à la tête de l’UTC. J’ai côtoyé en Picardie plusieurs personnes d’exception qui conduisaient, résolument, depuis des années, des travaux d’une portée essentielle. Je pense d’abord au regretté Daniel Thomas, le premier à encourager et concevoir la valorisation et la transformation des biotechnologies pour offrir une alternative viable à la pétrochimie et aux énergies fossiles. Je mentionnerai aussi mes amis Jean-Marie Tarascon, l’infatigable pionnier du stockage d’énergie, et Ali Charara, l’un des grands précurseurs du véhicule intelligent. Comment, enfin, ne pas évoquer le professeur Bernard Devauchelle, en passe de révolutionner son art de guérir et de "reconstruire" en conjuguant chirurgie et robotique ?

Ils ont compris, bien avant d’autres, que le succès passe par l’association du laboratoire et de ses chercheurs avec l’entreprise et ses ingénieurs. Ensemble, ils identifient les besoins et s’allient pour "coconstruire" les stratégies, les approches et les solutions. C’est comme cela qu’il leur est possible de continuer, chaque jour, à inventer le monde de demain

Entretien avec Jean-Marie Tarascon

A VOIR AUSSI

La Picardie innove encore et toujours pour la planète !
Les projets picards labellisés "Investissements d’Avenir"
 
 
 

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Avez-vous pensé à consulter sur notre site la rubrique «Aides régionales» ?
Il est également possible de contacter notre pôle d'accueil et de services au 0800 02 60 80 (gratuit depuis un poste fixe) qui pourra répondre à vos questions du lundi au vendredi de 8h à 18h.
Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici