23/11/2015

1985

30 ans avec l’Orchestre de Picardie

- A +
Ecoutez le texte avec ReadSpeaker Recommander cet article Imprimer
Vincent Defurne a passé, à 50 ans, plus de la moitié de sa vie à l’Orchestre de Picardie. Il lâche son fidèle cor pour retracer avec nous le chemin parcouru.
1985

Quand je suis arrivé, c’était les prémices. On devait composer une identité. L’orchestre était jeune, petit, avait moins de moyens qu’aujourd’hui. On faisait même appel à des musiciens de l’extérieur pour compléter l’effectif, le jour de la répétition générale, veille du spectacle ! Moi, après mes études dans le Nord-Pas-de-Calais et au Conservatoire national supérieur de Lyon, j’étais heureux de venir en Picardie. Les petites formations symphoniques telles que la nôtre, dite "de Mannheim", me conviennent bien. Je trouve qu’on travaille plus précisément et ça permet d’aborder un répertoire large, du baroque au contemporain. Autre de nos spécificités : travailler avec des directeurs musicaux successifs, chacun avec sa touche. C’est enrichissant et inspirant pour un musicien.

Notre premier grand concert, c’était le 26 décembre 1988 au Concertgebouw d’Amsterdam. L’équivalent de l’Olympia pour un artiste de variété. Mais ce qui me rend fier, c’est que les musiciens se donnent autant dans de petites salles et en Picardie rurale. Il est arrivé qu’on remplisse une église de 300 places dans un village de 200 habitants ! Ce sont de beaux instants partagés avec le public. Avec l’arrivée de Rose Lowry comme directrice générale, l’orchestre a évolué. Il est passé de 28 à 37 musiciens et s’est ouvert vers l’extérieur. Comme avec le réseau d’échange européen ONE. Nous jouons aussi en maison de retraite, en prison, à l’hôpital en pédopsychiatrie…

La musique est un vecteur de lien social qui peut faire passer de grandes choses. Notamment en milieu scolaire. Pour attirer les jeunes, on a créé “Quatre jours avec l’orchestre”. On leur parle de notre métier, on casse les préjugés avec humour. Pourquoi dire que c’est "chiant" quand on n’a jamais vu un concert ? Jouer des airs repris dans les publicités, ça peut aider à les accrocher sur Mozart ! Un jour, on donnait 50 minutes de l’opéra de Puccini, Madame Butterfly, à Chauny. Les collégiens semblaient mal à l’aise au début, ils chahutaient. Soudain, ils ont entendu la chanteuse. Plus un bruit. Ça a été magique. Certains ont même pleuré. Il y a toujours plus de musiciens volontaires pour vivre des moments comme ceux-là, qui portent leurs fruits : les jeunes, les élèves et les familles sont de plus en plus nombreux à venir nous écouter.

 

MOTS-CLES

concert , musique

Flashmob de l’orchestre de Picardie

INFORMATIONS PRATIQUES

Orchestre de Picardie
45, rue Pointin - 80000 Amiens
03 22 92 15 84
www.orchestredepicardie.fr

A VOIR AUSSI

L’Orchestre de Picardie
A retrouver en Picardie, et partout dans le monde !
 
 
 

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Avez-vous pensé à consulter sur notre site la rubrique «Aides régionales» ?
Il est également possible de contacter notre pôle d'accueil et de services au 0800 02 60 80 (gratuit depuis un poste fixe) qui pourra répondre à vos questions du lundi au vendredi de 8h à 18h.
Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici