23/11/2015

1987

Les fêtes du Millénaire capétien

- A +
Ecoutez le texte avec ReadSpeaker Recommander cet article Imprimer
Alors directeur de cabinet de Charles Baur, Thierry-Yves Lidolff nous replonge dans les fêtes du Millénaire capétien. Une visite en coulisses d’un événement qui a marqué l’année 1987. Et les esprits picards. La France entière également.
1987

C’était un grand moment collectif. Quatre-vingts fêtes ont maillé tout le territoire picard à l’occasion du millième anniversaire de l’avènement d’Hugues Capet au trône de France. À Senlis, Compiègne, Noyon, Amiens, Saint-Quentin ou bien encore Abbeville… Tout a été préparé en deux ans. Notre conviction profonde ? On ne peut construire l’avenir sans valoriser le passé. Et les mille ans du couronnement d’Hugues Capet se profilaient. Jusque-là, les souvenirs douloureux des deux guerres étaient omniprésents dans les rappels historiques de notre région. Avec ce projet, l’idée était d’attirer l’attention sur une autre date clé, de “révéler” leur histoire aux Picards, pour reprendre l’expression de Robert Mallet, recteur d’académie et poète. Son soutien et son enthousiasme ont été déterminants.

Et cette histoire-là ne concernait pas que les Picards, d’ailleurs. Très nombreux à quelques mois des commémorations, les livres dédiés à Hugues Capet situaient son couronnement… à Reims. Et non pas à Noyon comme ce fut pourtant le cas. Emmanuel Le Roy Ladurie, un grand historien associé, comme Jean Favier, directeur général des Archives nationales de France, à ces commémorations, a dû lui-même clarifier la question. La Picardie, berceau de la France : le message a pu passer, via une grande campagne de communication.

Le succès a été considérable. Aucun de nous n’avait imaginé que la Picardie serait l’aiguillon des fêtes partout dans l’Hexagone. François Mitterrand, le 3 avril 1987, est venu à la cathédrale Notre-Dame d’Amiens, pour le lancement de ces festivités, sur l’invitation de Charles Baur, avec à ses côtés le comte de Paris. Et cela a fait la une du journal Le Monde !

Au vu de l’ampleur de l’événement, comment ne pas s’interroger sur les conditions d’une suite à cet élan ? D’où la création, un an plus tard, du festival des Cathédrales pour prolonger cette mobilisation. Ce festival qui a duré plus de 20 ans a contribué à valoriser notre patrimoine. Cathédrales et églises ont ouvert leurs portes à la musique classique, avec des morceaux connus, mais également de pures créations. Le jazz était dans la boucle également. J’espère de tout cœur que la Picardie continuera à valoriser ses nombreux atouts, au moment où un destin administratif va lier son avenir à la région voisine du Nord-Pas-de-Calais.

 

MOTS-CLES

histoire , tourisme

A VOIR AUSSI

Une journée à Noyon
Visite guidée des joyaux de Noyon en compagnie de Dominique Georges, animatrice du patrimoine.
 
 
 

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Avez-vous pensé à consulter sur notre site la rubrique «Aides régionales» ?
Il est également possible de contacter notre pôle d'accueil et de services au 0800 02 60 80 (gratuit depuis un poste fixe) qui pourra répondre à vos questions du lundi au vendredi de 8h à 18h.
Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici