23/11/2015

1984

La chimie du végétal éclôt en Picardie

- A +
Ecoutez le texte avec ReadSpeaker Recommander cet article Imprimer
1984 : la Picardie inaugure le Centre de valorisation des glucides. Une révolution est en marche, comme l’explique le visionnaire Marcel Deneux.
1984

L’agriculture est indispensable à la consommation des hommes. Depuis toujours, on cultive les champs pour faire vivre la population. C’est un fait établi. Mais voilà qu’en Picardie, terre agricole par excellence, une nouvelle idée commence à germer, vers la fin des années 1970, dans l’esprit de quelques agriculteurs et scientifiques éclairés… Nous croyons que l’on peut faire plus et mieux en matière d’exploitation des productions végétales au sens large ! Ne pourrait-on pas faire autre chose, grâce à la valorisation des productions non alimentaires ? Et pourquoi pas, en exploitant la plante entière, créer des biocarburants, des agromatériaux ? Croyez-moi : à l’époque, on nous prenait pour de doux rêveurs, le mot est faible... Alors que nous étions des visionnaires !

Moi, je suis un fils d’agriculteurs, qui a grandi à Beaucamps-le-Vieux. Autodidacte, j’ai toujours essayé de rendre à la terre tout ce qu’elle m’a donné. J’ai, par exemple, participé à l’organisation du marché de l’élevage, au regroupement des agriculteurs en coopératives, au développement des exportations agricoles françaises dans le monde… Mais ce n’est pas assez : je suis convaincu que l’agriculture peut et doit se renouveler, pour relever de nouveaux défis.

J’espère doter ma Picardie natale d’un centre technique de pointe, où seraient développés des produits innovants issus de la biomasse végétale. Il naîtra en 1984 sous la forme du Centre de valorisation des glucides, avec l’appui du pionnier des biotechnologies, Daniel Thomas, et de Claude Ferté, président du Conseil économique et social régional.

Regardez ce qu’il est devenu aujourd’hui ! Plus de trente ans après sa création, ce pôle d’innovations vertes est devenu la référence française dans le domaine de la chimie du végétal. C’est logique et nous le clamons haut et fort depuis des décennies : la plante dans son ensemble est utile ! Les avantages qu’elle offre sont immenses : on utilise des produits biosourcés, respectueux de l’environnement, dans des secteurs variés comme la cosmétique, les biomatériaux ou la pharmaceutique… En 1984, nous étions vraiment peu à oser dire que la chimie du végétal incarnait l’avenir. Aujourd’hui, nous savons que nous préparons la relève de la pétrochimie !

Le CVG fête ses 30 ans

LOCALISATION

 

INFORMATIONS PRATIQUES

Centre de Valorisation des Glucides
33, avenue Paul Claudel - 80480 Dury
03 22 33 75 00
www.cvgpn.com

A VOIR AUSSI

Le Centre de valorisation des glucides
Les experts de la biomasse végétale
 
 
La chimie verte : quels débouchés ? quels métiers ?
Une étude fait la synthèse
 
 
Agroressources et chimie verte
De nouvelles productions pour les énergies de demain
 
 
Hommage à Daniel Thomas
 
 
Tereos, un géant du sucre engagé dans la chimie du végétal
A Origny-Sainte-Benoite, dans l’Aisne
 
 
 

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Avez-vous pensé à consulter sur notre site la rubrique «Aides régionales» ?
Il est également possible de contacter notre pôle d'accueil et de services au 0800 02 60 80 (gratuit depuis un poste fixe) qui pourra répondre à vos questions du lundi au vendredi de 8h à 18h.
Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici