29/11/2011
La Baie de Somme

Volet littoral

Zoom sur quelques actions régionales

- A +
Ecoutez le texte avec ReadSpeaker Recommander cet article Imprimer
La façade maritime de la Picardie s’étend sur près de 40 km, depuis Mers-les-bains, au Sud, jusqu’à la baie de l’Authie, au Nord. Les problématiques sont multiples et s’expriment en termes d’aménagement du territoire, de développement économique, de préservation de l’environnement.

Au chevet de la dune

La Baie de Somme est l’une des plus belles du monde ; elle est d’ailleurs classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Néanmoins, les digues anciennes, généralement en terre, sont rendues plus fragiles par la remontée du niveau marin et peuvent être ouvertes par brèche au cours des tempêtes : les zones internes qu’elles protègent sont alors inondées. L’inondation des Bas-Champs picards s’est produite lors de la grande tempête de 1990.

Les interventions humaines sur le littoral sont diverses ; elles visent souvent à pérenniser le trait de côte.
Au Crotoy, le cordon dunaire se dégrade dangereusement. Des travaux d’urgence pour la renforcer aux endroits les plus fragiles ont été réalisés en janvier 2011 sur les points les plus vulnérables afin de prévenir les effets des forts coefficients de marée. Il a également été prévu en différents endroits définis lors de l’inventaire des brèches, un rechargement par endroit avec modelage, pose de ganivelles et plantations d’oyats pour tenter de fixer le sable. Un programme d’actions de prévention des risques d’inondation (PAPI) se met actuellement en place sur le littoral picard.

• Le financement régional pour ces opérations de préservation de la dune s’élève à 50 000 €

Une nouvelle vedette de sauvetage au Tréport

Dans le cadre de sa politique de rénovation et d’entretien de ses moyens nautiques d’intervention, la Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM) prévoit de renouveler en 2012 la vedette du Tréport qui a vingt ans, durée de vie prévue à son lancement. D’une conception ancienne, ses performances se sont dégradées et ses capacités ne correspondent plus aux standards actuels. C’est pourquoi la SNSM prévoit la mise en place d’une nouvelle embarcation de sauvetage de nouvelle génération, plus longue que l’ancienne (11,95 m), insubmersible, échouable et avec une forte capacité d’autoredressabilité. Dotée des équipements électroniques les plus modernes, ses capacités de recherche, de recueil et d’accueil des naufragés ainsi que la sécurité de son équipage (4 personnes) sont bien supérieures à celles de la vedette actuelle.

Il est proposé une subvention de 30 000€ pour l’acquisition d’une vedette de sauvetage

Soutien au Réseau d’Observation du Littoral Normand et Picard (ROLNP)

Les trois Régions, Haute et Basse Normandie, Picardie et le Conservatoire du Littoral, ont constitué le Réseau d’Observation du Littoral Normand et Picard. Opérationnel depuis fin 2010, le Réseau a commencé à recenser les données manquantes et les besoins. Ainsi, le 14 avril 2011, à Amiens, à l’initiative des services de la Région, a eu lieu un recensement des besoins en données topographiques de l’ensemble des acteurs universitaires, des partenaires institutionnels et des maîtres d’ouvrage intervenant sur le littoral picard. Par ailleurs, le Conseil Scientifique du Réseau s’est réuni à plusieurs reprises et quatre stages portant sur l’état de l’art des différentes disciplines concernées ont été lancés.
Sur le plan financier, et selon les termes de la Convention Cadre signée le 3 mai 2011 entre les quatre partenaires, « les modalités de versement des participations financières seront définies par chaque Région ».
La Région Picardie au titre de sa contribution 2011 a l’opportunité d’appuyer la production de données topographiques en baie de Somme et d’acquérir des couverts photographiques aériens pour mise à disposition du Réseau.

Pour cette opération, la subvention accordée par le Conseil régional est de 77.320 €.

Par ailleurs, la Région participe financièrement au projet d’étude « Transedsom » en Baie de Somme : il s’agit d’une vaste campagne de relevés topographiques, à différentes saisons (automne, printemps pour observer l’influence des tempêtes), à des dates et heures précises (marée basse de fort coefficient) et en continuité avec des levés bathymétriques (sous l’eau à des profondeurs faibles).

Afin de réaliser deux campagnes de données au printemps, d’en assurer la mise en forme et le suivi, l’Université de Rouen sollicite auprès de la Région Picardie une subvention d’un montant de 36 457 € sur un montant total prévisionnel d’opération de 72 913 € TTC.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Avez-vous pensé à consulter sur notre site la rubrique «Aides régionales» ?
Il est également possible de contacter notre pôle d'accueil et de services au 0800 02 60 80 (gratuit depuis un poste fixe) qui pourra répondre à vos questions du lundi au vendredi de 8h à 18h.
Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici