22/04/2011
Patrimoine industriel

Une nouvelle vie pour la sucrerie de Francières

Un centre d’interprétation du sucre unique en France

- A +
Ecoutez le texte avec ReadSpeaker Recommander cet article Imprimer
La sucrerie de Francières a traversé les années pour vivre une nouvelle histoire : raconter son passé et le futur de la betterave.
Une nouvelle vie pour la sucrerie de Francières

Le sucre a fait l’histoire de la Picardie

Première région sucrière depuis la fin du XIXe siècle, la Picardie est le berceau du sucre. Entre 1880 et 1910, elle comptait près de 200 sucreries. "La région a toujours été à la pointe de l’industrie sucrière et ses sucreries ont servi d’exemple en France comme à l’étranger" rappelle Bertrand Fournier, chercheur au service de l’inventaire du Conseil régional. Celle de Francières (60) est l’une d’entre elles.

Créée en 1829, elle a su se développer et évoluer pendant 140 ans, tout en conservant son patrimoine. En témoignent le pavillon d’entrée de 1829 et le four à chaux de 1860. Mais face au développement des grands groupes industriels, elle n’a pas résisté : elle a fermé ses portes en 1969 et laissé son site à l’abandon depuis cette date. Menacée de destruction, la sucrerie de Francières a été inscrite aux Monuments historiques en 1999. "C’est tout un patrimoine industriel qui représente l’identité même de la Picardie. C’est important que ce lieu reste vivant."

Une vie sociale autour de l’usine

Réaménagée, la sucrerie est ouverte au public début 2012. "Ce centre d’interprétation est un lieu de mémoire de l’industrie sucrière" précise Michel Varoqueaux. Président de l’association de sauvegarde de la sucrerie de Francières, il a œuvré avec ses 350 adhérents - dont des anciens de la sucrerie - pendant 15 ans pour qu’un tel projet voie enfin le jour. "Nous serons bientôt les seuls témoins de ce passé" souligne Michel Varoqueaux.

A la fin de sa vie, 80 personnes travaillaient dans ce fleuron industriel et toute une vie sociale s’y était développée. "Des familles entières ont travaillé ici, de père en fils" rapporte Jean-Pierre Bricout, propriétaire du site. "Il y avait une vie en autarcie. Les salariés logeaient en face de l’usine, allaient à la messe dans la chapelle de l’usine, leurs enfants étaient scolarisés dans l’école de l’usine. Le sucre était fourni, tout comme le lait, le charbon ainsi qu’un petit lopin de terre."

Un lieu pour tout savoir sur le sucre et les agro-ressources

Le centre d’interprétation évoque l’histoire sociale et architecturale du lieu, mais aussi l’histoire des techniques. Une portion de 15 mètres de long d’un énorme diffuseur a été installée. Cet appareil emblématique de l’industrie sucrière permettait de produire plus et en moins de temps. Grâce à un système d’osmose, l’eau chaude passait dans les betteraves et facilitait considérablement l’extraction du jus.

Paul Personne, ancien doyen de la faculté des sciences de l’Université de Picardie Jules Verne, a travaillé sur le contenu de la vitrine du pôle Industries et agro-ressources (IAR). "Ce site est une référence sur la fabrication du sucre, mais également sur les activités d’innovation autour des plantes industrielles. C’est un lieu attractif pour tous les publics, les spécialistes comme les plus jeunes !", confie-t-il.

Inauguration de la nouvelle Sucrerie de Francières

2 millions d’euros publics et privés ont été investis pour financer les travaux de réhabilitation de l’ancienne sucrerie de Francières. Le Conseil régional a accompagné la réhabilitation du site à hauteur de 200 000 €, soit 10 % des travaux.

LOCALISATION

 

INFORMATIONS PRATIQUES

La Sucrerie de Francières
"Centre d’interprétation de l’industrie sucrière"
12, hameau de La Sucrerie
Route départementale 1017 - 60190 Francières
www.la-sucrerie.picardie.fr

VOS COMMENTAIRES

Vos commentaires

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Avez-vous pensé à consulter sur notre site la rubrique «Aides régionales» ?
Il est également possible de contacter notre pôle d'accueil et de services au 0800 02 60 80 (gratuit depuis un poste fixe) qui pourra répondre à vos questions du lundi au vendredi de 8h à 18h.
Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici