27/03/2007
Suivez le guide

Une journée à Noyon

Visite guidée des joyaux de Noyon en compagnie de Dominique Georges, animatrice du patrimoine.

- A +
Ecoutez le texte avec ReadSpeaker Recommander cet article Imprimer
Parée de son label "Ville et Pays d’art et d’histoire", Noyon vaut non seulement le coup d’œil mais également le détour. Pépites patrimoniales à chaque coin de rue, c’est surtout dans le quartier canonial que les atours de cette ville se dévoilent.
Une journée à Noyon

"Pour les fans d’histoire de l’art, et notamment du gothique, Noyon est un jalon incontournable" commence, très enthousiaste, Dominique Georges. Et de retourner aux origines de ce style. "XIIe siècle, vers 1130, nous sommes en pleine dynastie capétienne. Son influence se propage. La royauté veut imposer son style. Commencent alors à Paris deux chantiers : les abbatiales Saint-Denis et Saint Germain des prés. L’évêque Simon de Vermandois se rend sur l’un des chantiers et revient dans sa ville avec la volonté de bâtir la cathédrale Notre-Dame de Noyon. Ce chantier correspond avec la volonté d’élargir les villes, de les faire sortir de leur ancien rempart romain. Et puis c’est une question de prestige. Cette cathédrale est aussi l’image de la fierté municipale. C’est nouveau. Beauvais aussi connaîtra cet engouement, mais comme la ville a voulu surenchérir la hauteur de son édifice, une partie de la voûte s’effondrera."

Aujourd’hui, Notre Dame de Noyon est considérée comme le point de départ de l’architecture gothique : elle est la première du Nord de la France. Une fois à l’intérieur, levez les yeux et admirez la partie haute de la cathédrale, sa charpente, sa tribune du chœur avec vue sur la nef… Incroyable non ?

Le quartier canonial le plus complet de France

Savez-vous d’où vient le mot canonial ? Il a les mêmes racines que les mots clercs, chanoines… quand on parle d’un quartier canonial, on parle donc des bâtiments occupés par les chanoines. Autre précision à toutes fins utiles : la cathédrale est tout simplement l’église d’un évêque, le siège d’un diocèse. On y trouve donc aussi ses bâtiments, ses appartements en somme. Mais au XIXe siècle, on détruira ces quartiers.

"C’est une période où le style gothique est mal aimé. On le trouve barbare – c’est vrai qu’il vient des Goths. Voyez Notre-Dame de Paris, elle est aujourd’hui isolée : tout autour a été rasé. Et puis, à partir de la publication du livre de Victor Hugo sur la cathédrale, on redécouvre ce style. Mais c’est trop tard. A Noyon, beaucoup de ces bâtiments ont été conservés, ils n’ont pas fait l’objet des opérations d’urbanisme de l’époque. On peut donc visiter le cloître, les bâtiments de vie commune, le réfectoire, le sellier, le grenier, les prisons, la salle de justice. On voit ainsi à quel point la cathédrale était une ville dans la ville, avec une juridiction particulière. Cet endroit était aussi délimité par des remparts, fermés la nuit. Concernant les quartiers de l’évêque, ses palais et sa chapelle accolée à la cathédrale sont ouverts au public."

La bibliothèque, le petit joyau

C’est probablement le clou de la visite. La bibliothèque du quartier canonial est l’une des plus anciennes conservées en Europe. Elle fut construite en 1506, à partir de pans de bois, avec un étage aérien porté par deux fils de poteau de bois. De toute beauté. Mais c’est aussi le lieu d’une collection exceptionnelle. Elle dispose d’un fonds religieux remarquable, ainsi que de 4 incunables, premiers livres imprimés. On y trouve également les humanistes et la littérature plus classique : Platon, Dante et sa Divine Comédie, Montaigne, et puis des ouvrages scientifiques, sur l’agriculture.

Y trouve-t-on des livres de Calvin ? Le contraire serait surprenant, étant donné que Noyon est la ville natale de l’homme, figure de la réforme du protestantisme en France, tout comme le fut Luther en Allemagne. Mais Calvin a son propre musée, situé dans sa maison natale, détruite en 1918 mais reconstruite à l’identique après la guerre. Enfin, après cette visite chargée d’histoire et d’émotions, Dominique Georges nous entraîne à l’hôtel de ville pour y contempler un manuscrit écrit au IXe siècle avec enluminures, reliures, une sorte de bestiaire avec des dragons et des sirènes… un ouvrage incontournable. Comme la journée.

 

MOTS-CLES

tourisme

INFORMATIONS PRATIQUES

VOS COMMENTAIRES

Vos commentaires

  • Le 16 octobre 2012 à 17:30, par Leroux Zavagno En réponse à : Une journée à Noyon

    Bonjour,

    Mille mercis pour ces informations captivantes, j’ai mis votre site dans mes bookmarks.

    Leroux Zavagno

    Salariée de restaurant dordogne

  • Le 18 octobre 2012 à 07:59, par Michaela En réponse à : Une journée à Noyon

    Salut,

    Votre site est fort intéressant, je vais du coup le transmettre à une copine qui est en phase avec vous et je suis sure qu’elle sera étonnée. Merci pour ces écrits et l’énérgie utilisée pour mettre en commun ces données. Je serais contente d’avoir la possibilité de vous relire sur ce sujet rapidement. A+ .

    Michaela Kalmy

    Ma découverte du jour, un site à propos de Stévia bio

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Avez-vous pensé à consulter sur notre site la rubrique «Aides régionales» ?
Il est également possible de contacter notre pôle d'accueil et de services au 0800 02 60 80 (gratuit depuis un poste fixe) qui pourra répondre à vos questions du lundi au vendredi de 8h à 18h.
Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici