20/12/2013
Session budgétaire

Un budget d’un milliard d’euros pour la solidarité et le développement

Le Président Gewerc nous donne les grandes lignes du budget 2014

- A +
Ecoutez le texte avec ReadSpeaker Recommander cet article Imprimer
Les conseillers régionaux débattront cette semaine du budget 2014 de la Région Picardie, présenté par son président, Claude Gewerc. Il nous décrit les grandes lignes d’un budget prévisionnel qui s’élève à 1,016 milliard d’euros.
Un budget d'un milliard d'euros pour la solidarité et le développement

Qu’est-ce qui distingue le budget 2014 du précédent ?
Claude Gewerc - Nous sommes dans la poursuite de nos priorités en faveur de l’emploi et des services publics. L’esprit du budget 2014, c’est encore et toujours l’investissement. La Région est la collectivité en charge de préparer l’avenir et elle prend ses responsabilités. Avec ces 367 millions d’euros d’investissement, - et un encours de la dette figurant aujourd’hui parmi les plus bas de France - nous allons pouvoir poursuivre et achever les grands projets engagés pendant ce mandat, dans les domaines du développement économique, de la recherche et de l’innovation, de l’aménagement du territoire, des transports, mais je pense aussi au financement du plan pluriannuel d’investissements dans les lycées, des parcours de formation et des emplois d’avenir.
Et quand je parle d’avenir, je vois au-delà de l’année 2014. Nous allons cette année préparer un nouveau Contrat de Plan Etat-Région, nous allons prendre la gestion des Fonds Européens, autant d’outils qui permettent de penser à plus long terme le développement de la Picardie. Ces moyens seront notamment mobilisés pour améliorer la compétitivité des petites et moyennes entreprises et leur permettre de se développer à l’export.

De façon concrète, comment ce budget d’un milliard d’euros va-t-il profiter aux Picards ?
Claude Gewerc - Alors, bien sûr, il y a une conjoncture qui ne dépend pas de nous, et il y a eu en 2010 une réforme de la décentralisation qui fait que nous n’avons pas tous les leviers pour agir. Mais je peux vous dire qu’à notre niveau, avec nos moyens, on ne lâche rien. Quand on met autant de moyens dans la formation professionnelle (171,3 millions), dans le développement économique (77,3 millions), dans les lycées et les universités (224,5 millions), c’est avec un objectif dont, effectivement, nous n’avons pas dévié : cet objectif, c’est l’emploi. Ces 473 millions d’euros correspondent à des aides directes aux apprentis, aux demandeurs d’emploi et à tous ceux qui ont des projets de développement en Picardie, mais ils financent aussi des plateformes d’apprentissage parmi les plus performantes de France, des laboratoires reconnus internationalement et tous les outils qui concourent à rendre notre région compétitive.

Alors pourquoi avoir affecté près de 47 millions d’euros à la culture, au sport, à la vie associative et à la santé ?
Claude Gewerc - Tout simplement parce qu’on ne crée pas de l’emploi hors-sol. Le cadre de vie participe aussi du développement économique. Et puis quand on finance la programmation d’une saison culturelle ou l’organisation d’une manifestation sportive, l’installation d’un médecin ou la création d’un emploi associatif, on crée du lien sur le territoire, on fait en sorte que notre région reste attractive mais, surtout, on maintient du Service Public. A ce titre, le monde rural et la périphérie des villes ne doivent pas être oubliés.

C’est donc vers ces territoires que sont fléchés les 103 millions d’euros dédiés à l’aménagement du territoire ?
Claude Gewerc - On ne peut pas raisonner comme ça. Nous affectons, c’est vrai, beaucoup de moyens à l’aménagement du territoire, par exemple à la réhabilitation des logements ou à la rénovation d’espaces de vie et de quartiers, par des travaux publics sur tout le territoire. Mais il ne faut pas les isoler des 275 millions que l’on affecte aux transports. Car là encore, c’est une logique de service public. Si la Région ne peut pas à elle toute seule maintenir l’intégralité des Services Publics, elle vient en appui des autres collectivités pour les aider à financer leurs projets : installation d’une maison médicale, construction d’une salle de sport ou d’un espace périscolaire. Et quand malgré tout ce n’est pas possible, c’est notre offre de transport qui doit garantir l’égalité d’accès aux Services Publics et à l’emploi. Les investissements sur le matériel ferroviaire, le financement des lignes routières mais aussi l’accessibilité des gares, tout cela répond à une exigence simple : chaque Picard doit pouvoir accéder aux services publics, où qu’il se trouve sur le territoire.

Selon l’endroit où l’on vit en Picardie, sa situation professionnelle et familiale, on est quand même plus ou moins éloigné de certains services…
Claude Gewerc - Bien entendu, il y a des difficultés, mais notre but, c’est l’égalité des chances. On retrouve cette notion d’équité dans tous les chapitres de ce budget. Quitte à prendre nous-mêmes en charge l’organisation du Service Public, pour en garantir l’accès à chaque Picard. Que ce soit le Service Public de l’Efficacité Energétique, qui va prendre pleinement son essor en 2014, en améliorant les conditions de vie et en créant de l’emploi, ou le Service Public de la Formation, qui continue de préparer les Picards aux mutations économiques en les formant aux métiers qui recrutent.

Relance économique, maintien des Services Publics, formation et emploi, pensez-vous que ce budget permet de mener toutes ces batailles ?
Claude Gewerc - Nous n’agissons pas seuls, nous en faisons la preuve avec des démarches partenariales comme la Réussite éducative, avec les services de l’Etat et la communauté éducative. Notre politique territoriale permettra aussi, dès 2014, de financer les nouveaux projets selon les objectifs partagés par la Région et les autres collectivités.
Nos politiques publiques bénéficient enfin aux entreprises picardes : la rénovation des lycées, l’isolation des logements ou encore les constructions universitaires, ce sont aussi des carnets de commandes qui se remplissent.
J’en suis conscient, avec des ressources qui sont malgré tout limitées, La Région ne peut pas tout ; mais si vous avez des projets pour la Picardie, elle est à vos côtés.

 

MOTS-CLES

finances

La Région vote son budget 2014

A VOIR AUSSI

Les grands chiffres du budget 2014
Plus d’un tiers du budget consacré à l’investissement
 
 
 

VOS COMMENTAIRES

Vos commentaires

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Avez-vous pensé à consulter sur notre site la rubrique «Aides régionales» ?
Il est également possible de contacter notre pôle d'accueil et de services au 0800 02 60 80 (gratuit depuis un poste fixe) qui pourra répondre à vos questions du lundi au vendredi de 8h à 18h.
Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici