29/11/2011
Prévention Santé

Prévenir les risques

Développer des projets de prévention

- A +
Ecoutez le texte avec ReadSpeaker Recommander cet article Imprimer
Une politique de santé publique commence avec la communication et la prévention. La preuve avec ces deux projets inscrit dans des champs pourtant éloignés.

Actions Prévention Santé

Le constat

La problématique de la santé des jeunes Picards et la nécessité de développer des projets de prévention a été fortement soulignée lors des forums territoriaux de santé organisés par la Région dans chacun des pays de Picardie. En effet, les jeunes, n’ont pas forcément le réflexe ou tout simplement les moyens de contacter des professionnels de santé.

 Les thématiques prioritaires évoluent sensiblement selon les territoires, mais le problème de la consommation excessive d’alcool par les jeunes a été une constante sur l’ensemble des forums réalisés.

L’appel à projets

C’est pourquoi, sans attendre la fin de ces concertations, la Région Picardie a lancé un appel à projets en direction des jeunes scolarisés dans les CFA sur les thèmes de l’alcool, de la vie affective (sexualité, contraception, etc.) Sur 25 établissements, 11 ont répondu ; la mise en œuvre des 15 projets permettra de toucher environ 5 000 jeunes.

Ces projets ont été examinés par un groupe de travail associant un médecin préventiste, un représentant santé du Rectorat et les services de la Région.

 · 53 723 €, c’est le montant que la Région Picardie va voter pour prévenir les risques et développer des projets de prévention.

 

Prévention des cancers de la cavité buccale

La Région Picardie a décidé de soutenir la mise en place d’une campagne de sensibilisation au dépistage des cancers de la cavité buccale au sein de la population tabagique âgée de 30 à 75 ans dans notre région.

 Le contexte

Les maxillaires, la bouche et la face comme toute autre partie du corps humain peuvent être atteintes par des lésions bénignes ou malignes. Les cancers des voies aéro-digestives supérieures sont au 5ème rang des cancers en France, avec une surmortalité en Picardie, en partie expliquée par une certaine sous-médicalisation avec retard au diagnostic. Toute anomalie du massif facial et buccal qui persiste plus de 2 semaines, doit être évaluée pour en savoir le diagnostic exact et élaborer un plan de traitement.

Le projet

Le but est d’inciter la population à risque à se faire dépister afin d’améliorer la détection précoce des cancers de la cavité buccale dans notre région, de sensibiliser les médecins généralistes au dépistage de ces lésions, d’informer la population générale par une campagne de communication sur les risques de cancer de la cavité buccale liés au tabac.

 L’objectif principal du projet est d’évaluer l’impact d’une campagne de sensibilisation au dépistage des cancers de la cavité buccale sur une population cible (fumeurs de 30 à 75 ans), et dans un territoire donné (Somme). L’extension du projet aux autres départements sera réalisée dans une seconde phase, en permettant d’intégrer les enseignements acquis par le travail réalisé sur le département de la Somme.

 Pour mener à bien ce projet, l’équipe de chirurgie maxillo-faciale du CHU d’Amiens dirigée par le Professeur Devauchelle s’appuie sur un comité de pilotage rassemblant les différents acteurs mobilisés (représentants des professions médicales, des buralistes, acteurs du dépistage,…).

L’organisation de cette campagne de sensibilisation pourrait, à terme, servir de base pour structurer le dépistage au niveau national.

 · Une subvention de 87 000 € sera allouée au CHU d’Amiens pour sensibiliser la population au dépistage des cancers de la cavité buccale.

 


Le saviez-vous ?

Le cancer buccal, c’est plus de 15 000 nouveaux cas et 5 000 décès par an.
Le cancer de la bouche s’attaque deux fois plus aux hommes qu’aux femmes. Il frappe surtout les personnes de plus de 45 ans. Ses principales causes sont le tabagisme et la consommation excessive d’alcool qui, combinés, ont des effets multiplicateurs. « Un gros fumeur court 18 fois plus de risques de développer le cancer de la bouche qu’un non-fumeur, et s’il consomme aussi beaucoup d’alcool, le ratio grimpe à 80. »

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Avez-vous pensé à consulter sur notre site la rubrique «Aides régionales» ?
Il est également possible de contacter notre pôle d'accueil et de services au 0800 02 60 80 (gratuit depuis un poste fixe) qui pourra répondre à vos questions du lundi au vendredi de 8h à 18h.
Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici