4/05/2015

Olygose : une petite entreprise qui monte

À Compiègne (60)

- A +
Ecoutez le texte avec ReadSpeaker Recommander cet article Imprimer
Créée en 2009, Olygose, spécialisée dans la valorisation des oligosaccharides, voit son horizon s’élargir, avec des marchés à l’international qui se profilent. Des objectifs ambitieux soutenus par une levée de fonds de 5 millions d’euros, réalisée à la fin de l’année 2014. De quoi ravir son patron, François Delbaere, toujours prêt à relever les défis.
Olygose : une petite entreprise qui monte

Le pois cassé n’a pas une réputation gastronomique extraordinaire, sous nos latitudes. Très présent dans l’alimentation en Éthiopie, par exemple, il brille par sa discrétion dans la cuisine française. Mais Olygose a mis au point une "recette" toute particulière, très porteuse. Créée il y a tout juste 6 ans, cette entreprise picarde, installée sur le pôle technologique de Venette, s’est développée dans le domaine de la valorisation des oligosaccharides. Elle purifie des fibres alimentaires. Sa matière première ? Les pois cassés, précisément.

Concrètement, le procédé industriel aboutit à une fibre ultra pure, sous forme de poudre ou de sirop, à même de remplacer le sucre dans les boissons, les biscuits ou autres confiseries. "En outre, l’une de ses propriétés est de générer la sensation de satiété", précise François Delbaere, à l’origine de cette petite entreprise, "d’où l’idée de les incorporer dans les compléments alimentaires, actuellement commercialisés uniquement via Internet". 2 brevets ont d’ores et déjà été déposés.

Des projets à foison

"Les études scientifiques portant sur ces fibres solubles sont nombreuses", détaille encore François Delbaere. "Ce qu’il en ressort ? Leur impact bénéfique sur la flore intestinale." Si ce quadra s’est appuyé sur des réflexions existantes, il a mis en place son propre programme de recherches. Aussi, les pois cassés - dont la Picardie est la première productrice en France - ne resteront pas longtemps la seule matière première exploitée par Olygose. Pas moins de 5 millions d’euros ont été levés il y a plus de six mois pour soutenir ce développement.

"On a plusieurs fers au feu", résume François Delbaere. Même si tout n’a pas pu nous être exposé - secret industriel oblige -, les mois à venir seront riches, avec à la clé la sortie de terre d’une nouvelle usine flambant neuve, la signature de nouveaux partenariats en Allemagne, Italie et Autriche, le déploiement d’une stratégie de conquête des États-Unis et du Canada. "Ce sont les deux plus gros marchés des compléments alimentaires", dit-il.

Résultat : ces ambitions se traduiront sur notre territoire par des créations de postes. Les profils visés iront du bac pro jusqu’au bac+5, dans les domaines du génie chimique et du génie biologique. Cet ingénieur en agriculture originaire de Lille se réjouit de la politique proentreprises développée en Picardie. Et d’avoir comme voisins tant l’Université de technologie de Compiègne (UTC) que l’institut d’excellence dans la chimie du végétal P.I.V.E.R.T. Un environnement propice à créer une émulation chez les entrepreneurs.

DIAPORAMA

LOCALISATION

 

INFORMATIONS PRATIQUES

Olygose
Parc technologique des Rives de l’Oise - 60200 Compiègne
www.olygose.com

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Avez-vous pensé à consulter sur notre site la rubrique «Aides régionales» ?
Il est également possible de contacter notre pôle d'accueil et de services au 0800 02 60 80 (gratuit depuis un poste fixe) qui pourra répondre à vos questions du lundi au vendredi de 8h à 18h.
Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici