31/07/2015

Mieux se déplacer en train

Le volet mobilité multimodale (ferroviaire)

- A +
Ecoutez le texte avec ReadSpeaker Recommander cet article Imprimer
Le Contrat de plan État-Région s’articule autour de 7 volets, eux-mêmes déclinés en objectifs stratégiques et sous-objectifs. Le volet mobilité multimodale, le plus important en termes d’investissements et d’infrastructures, est ainsi décliné en trois objectifs stratégiques : le ferroviaire, le fluvial, et le routier.
Mieux se déplacer en train

Chaque jour, près de 76 000 voyages en moyenne sont effectués sur les trains express régionaux (TER). La Région souhaite améliorer la qualité de ce service.

Les leviers d’action inscrits dans le CPER répondent à plusieurs objectifs, illustrés ici par certaines opérations stratégiques. Les investissements sur le volet ferroviaire représentent 400 millions d’euros dans le cadre du CPER (Région : 322 M€, État : 78 M€).

L’amélioration des liaisons Picardie - Île-de-France

La liaison Roissy-Picardie permettra de proposer une liaison de qualité au pôle de Roissy pour l’ensemble de la Picardie et d’améliorer la connexion au réseau LGV (Lignes à Grande Vitesse).

Sur le réseau existant, les aménagements de plan de voie de la gare de Creil permettront de résoudre les problèmes de circulation constatés sur le "Y" picard*, d’accueillir les nouvelles circulations de Roissy-Picardie et de renforcer le niveau de service du nœud principal du réseau.

Au stade d’avancement des études lors de l’élaboration du CPER, les éléments financiers relatifs aux aménagements à réaliser sur le nœud ferroviaire de Creil constituent des estimations sujettes à modifications. Est intégré au présent CPER un programme global de 45 M€, qui sera précisé lors de la révision à mi-parcours suite aux études détaillées.

L’amélioration des liaisons Picardie - Nord-Pas de Calais

La ligne Paris-Boulogne est électrifiée de Paris à Amiens, puis de Rang-du Fliers à Calais.
L’électrification de la section Amiens-Rang du Fliers a fait l’objet d’une étude préliminaire (2005-2007). L’AVP (avant-projet), intégré au CPER 2007-2013 lors de la révision à mi-parcours, est en cours (2013-2015).

Les études d’avant-projet permettent d’étudier les points suivants :

  • Gagner du temps en gare d’Amiens en évitant le changement de locomotive pour les trains Paris-Boulogne et Boulogne-Paris.
  • Diffuser l’effet TGV dans la perspective du projet « Roissy-Picardie », suite à la mise en service de ce nouveau barreau à l’horizon 2020, par effet de maillage du réseau ferroviaire. À l’horizon 2020, certains TGV province-province (inter-secteurs) en provenance de Roissy pourraient être prolongés au-delà d’Amiens vers Abbeville et Boulogne.
  • Contribuer au développement de l’activité du fret ferroviaire à traction électrique en créant un itinéraire alternatif au flux de passage par Lille pour faciliter, entre autres, les liaisons entre les ports maritimes du nord de la France (Calais, Boulogne et Dunkerque), la région Île-de-France et l’est et le sud de la France.
  • Réduire les émissions de gaz à effet de serre en regard des services TER/TET utilisant la traction électrique à la place de la traction thermique.

Au vu des résultats de l’AVP, les travaux seront lancés en deux phases. Une première phase consistera à dégager le gabarit nécessaire à l’électrification de la ligne et donc à :

  • traiter les pont-routes, pont-rail ou encore passerelle, soit au total 8 ouvrages à reconstruire, rehausser ou encore à démolir ;
  • procéder aux dévoiements de câbles le long de la voie afin de permettre l’implantation des massifs caténaires.

Une deuxième phase comprendra la pose des caténaires et leur raccordement au réseau
électrique.

La première phase sera financée à parité entre l’État et la Région (23,4 M€ chacun).
La deuxième phase sera pré-financée par la Région (153,2 M€), l’État mobilisant sa part (30%, soit 45,96 M€) dans des conditions qui seront définies ultérieurement.

Cette opération d’un montant total estimé à 222,5 M€ est également cofinancée avec le CPER Nord-Pas de Calais qui contribue à hauteur de 22,5 M€ (soit 10%).

Améliorer l’accès ferroviaire aux pôles urbains régionaux

En conformité avec la directive régionale d’aménagement « Quartiers de gare », le réaménagement de la gare de Creil redonnera à la principale gare de correspondance du réseau un niveau de service cohérent avec son rôle.

Les travaux en gare de Compiègne procèdent de la même démarche, qui vise à faciliter l’accessibilité, à régler des problèmes d’exploitation ferroviaire, à améliorer l’accueil des usagers en gare et plus largement à renforcer l’attractivité des quartiers de gare, afin de promouvoir un urbanisme orienté vers le rail.

Par ces travaux, les autorités organisatrices se fixent un objectif ambitieux d’amélioration du service à l’usager.

L’intégralité des projets et des montants, ainsi que le Contrat sont disponibles ici

* les deux axes qui relient Saint-Quentin et Compiègne d’une part, Boulogne-Abbeville et Amiens d’autre part, à Paris.

Contrat de Plan Etat Région 2015-2020
Télécharger (PDF - 38.4 Mo)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Avez-vous pensé à consulter sur notre site la rubrique «Aides régionales» ?
Il est également possible de contacter notre pôle d'accueil et de services au 0800 02 60 80 (gratuit depuis un poste fixe) qui pourra répondre à vos questions du lundi au vendredi de 8h à 18h.
Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici