4/05/2015

Les circuits courts en Picardie

La recette pour préserver la santé et l’environnement

- A +
Ecoutez le texte avec ReadSpeaker Recommander cet article Imprimer
Les producteurs agricoles picards s’organisent pour constituer des réseaux de distribution de proximité. Si l’objectif historique de nourrir la population locale perdure, la santé et l’environnement font également partie de leurs préoccupations, tout comme les nouveaux modes de consommation.
Les circuits courts en Picardie

Non, il n’est pas forcément nécessaire d’aller passer du temps dans les grandes surfaces pour satisfaire à l’injonction de santé publique "manger 5 fruits et légumes par jour". La Picardie est une terre d’agriculture et beaucoup de ceux qui la travaillent misent sur des modes de distribution à travers des circuits courts, le plus souvent en direct avec les consommateurs.

Les agriculteurs produisent une alimentation de qualité, qui contribue à créer de l’emploi et à rendre les campagnes plus solidaires. Le parti pris affiché : "Une agriculture qui répond aux attentes des citoyens et fait vivre des paysans fiers de leur métier."

Vente directe

La distribution des produits agricoles locaux s’organise de plusieurs façons : le réseau des Amap, les marchés, la vente directe à la ferme, des boutiques dédiées - qui peuvent être gérées par des groupements de producteurs - ou les plateformes de vente en ligne.

La ferme des Bayottes, à Saint-Germain-la-Poterie, près de Beauvais, regroupe 4 jeunes associés, qui se sont lancés dans la polyculture et l’élevage biologiques. Olivia Renaud, qui travaille avec Pierre Bailleux, Mélanie et Mathieu Blanchard, détaille : "Nous avons rejoint l’exploitation de Mathieu en janvier 2014. Une bonne partie est déjà en bio et le reste, en conversion. Pour l’heure, en ce qui concerne le maraîchage, nous fournissons deux Amap des Yvelines, mais bientôt une autre Amap locale va être lancée à Pierrefitte-en-Beauvaisis. Les légumes sont en vente directe à la ferme ou sur la plateforme Oise produits locaux. Nous envisageons également de fournir des établissements scolaires."

Elle annonce les projets : "Une fromagerie est actuellement en cours de construction et sera opérationnelle en septembre prochain. À partir de notre lait de vache, nous allons fabriquer des yaourts et des fromages frais et semi-affinés. Le local servira aussi de point de vente à la ferme."

Le drive fermier

Pour Laurent Cnudde qui exploite avec sa femme Isabelle la ferme du Chassy à Esquennoy dans le nord de l’Oise, le constat est clair : "Les consommateurs de produits bio ou locaux ont les mêmes attentes que les autres. Il faut donc s’adapter pour apporter des services." C’est ainsi qu’il a mis en place une sorte de "drive fermier". "Nous avons lancé notre propre boutique en ligne. Les clients saisissent leur commande, puis passent la récupérer à la ferme ou dans des points de livraison que nous avons définis."

La ferme du Chassy produit des fraises et des légumes de saison depuis 15 ans, et a déjà innové voici quelques années en installant un distributeur automatique de légumes. Hormis la fourniture de paniers pour les adhérents de l’Amap de Breteuil, la ferme mise sur la vente sur place, son "drive" et Internet. "C’est en plein développement. Outre notre propre site, nous sommes également affiliés à La ruche qui dit oui, au réseau Somme produits locaux et à D’clic-p@nier, le site lancé par des étudiants de l’Institut polytechnique LaSalle de Beauvais."

Des frites fraîches au lycée

Martine Guyot, responsable des achats au lycée Pierre-Mendès-France de Péronne, est une fervente partisane de l’approvisionnement en local. "C’est mon prédécesseur qui a initié le système, il y a 7 ans. J’ai poursuivi l’initiative, en la développant auprès d’autres producteurs. Aujourd’hui, nous avons un véritable réseau de fournisseurs locaux, mais cela demande un peu d’organisation, car des petites exploitations n’ont pas forcément la possibilité de livrer à la demande. Mais on s’adapte ! Ce n’est pas insurmontable et nous nous efforçons de prendre des produits locaux à chaque fois que c’est possible. Au final, c’est sain, c’est bon, de saison, et cela nous permet d’éduquer nos élèves à ces produits, qui ne nous reviennent pas plus cher."

Parmi les produits fournis au lycée :

  • légumes bio du Jardin du Puy, à Roisel
  • légumes de Chuignes, champignons de Billy-sur-Aisne
  • viande de porc de Villers-Tournelle
  • endives de Driencourt
  • lait et yaourts fermiers de Bussu
  • pommes et poires des vergers du Santerre à Mazencourt
  • pommes de terre et surtout des frites fraîches venues de Moislains.

"Les frites sont bien sûr très appréciées, mais pour tous nos produits, il y a régulièrement le bouche-à-oreille qui fonctionne. C’est ainsi que les enfants indiquent aux parents les coordonnées des producteurs à qui ils doivent les bonnes choses qu’ils ont mangées. C’est aussi notre but de les faire connaître, car ils le méritent." Le lycée de Péronne prépare chaque midi 800 à 850 repas, 120 le soir et 250 petits déjeuners.

DIAPORAMA

62 Amap en Picardie

Une Amap (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne) est constituée d’un groupe de personnes qui souhaitent créer un partenariat avec un ou plusieurs producteurs locaux ayant des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement. Les adhérents prépayent une partie de la production et en échange reçoivent chaque semaine un panier de produits de légumes de saison, du pain, des œufs...

Aujourd’hui, il existe pas moins de 62 Amap en Picardie, réparties sur tout le territoire, en lien avec plus de 100 producteurs.

www.amap-picardie.org

A VOIR AUSSI

Carrefour de l’innovation sociale, 2e édition !
Le mercredi 22 avril 2015, à Amiens
 
 
Terroirs de Picardie
La marque qui ravit les papilles
 
 
 

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Avez-vous pensé à consulter sur notre site la rubrique «Aides régionales» ?
Il est également possible de contacter notre pôle d'accueil et de services au 0800 02 60 80 (gratuit depuis un poste fixe) qui pourra répondre à vos questions du lundi au vendredi de 8h à 18h.
Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici