5/05/2014

Le projet Sensas

Des cosmétiques biosourcés sans silicone

- A +
Ecoutez le texte avec ReadSpeaker Recommander cet article Imprimer
Remplacer le silicone dans les produits cosmétiques par des produits issus du végétal : c’est le challenge de taille réalisé en Picardie par le projet Sensas, une initiative innovante portée par l’entreprise Novance, à Compiègne.
Le projet Sensas

Trouver une alternative

Doux, moelleux, avec un effet enveloppant, glissant sur la peau… Les propriétés apportées par les silicones dans les produits cosmétiques s’avèrent très importantes. Mais certaines études canadiennes soupçonnent des risques pour l’environnement par bioaccumulation.

De nombreux fabricants souhaitent d’ailleurs remplacer les silicones par d’autres matières premières, par précaution. Et du côté des industriels de la cosmétique, la recherche d’alternatives biosourcées à certaines molécules constitue un enjeu majeur.

Ces évolutions ont poussé Novance à chercher des matières premières "vertes" de substitution aux silicones. C’est tout le champ d’expérimentation du projet Sensas : Solution écologique naturelle de substitution aux silicones. L’entreprise compiégnoise, forte de ses 50 chercheurs, travaille sur l’utilisation innovante et renouvelable des produits agricoles oléagineux - à base d’huile végétale.

"Pour mener à bien ce projet, nous nous associons à l’Université de technologie de Compiègne et à l’Escom, École supérieure de chimie organique et minérale, également située à Compiègne", dévoile Sandrine Lacourt, ingénieure en charge du projet chez Novance. "Leur expertise en caractérisation chimique des molécules nous est précieuse".

Donner de la sensorialité au produit, de la volupté

Autre acteur essentiel du projet, le laboratoire Labosphère, spécialisé en formulation cosmétique, à Beauvais. "Nous marions les composants pour créer des produits cosmétiques à signature sensorielle. Tout un art !", divulgue Corinne Rodriguez, la directrice scientifique. "Nous cherchons à donner une sensorialité aux produits, de la volupté. Avec une mise en éveil du toucher, de l’odorat, de la vue…"

Mais pour cette jeune entreprise, créée en 2004, adepte de la french touch, la cosmétologie ne se résume pas à cette magie. Elle inclut la chimie, la biologie cutanée et moléculaire, la physico-chimie et la connaissance réglementaire.

"Sensas est un vrai challenge", insiste Sandrine Lacourt. "Aujourd’hui, aucune molécule ne dispose des multiples avantages des silicones, du toucher soyeux, du velouté, de l’évanescence. Notre collaboration nous apporte une expertise en chimie des molécules, en formulation, en connaissance du marché et des matières existantes. Sans oublier la maîtrise des coûts du produit final. C’est formidable de disposer d’autant de compétences en Picardie".

Autre atout, l’appartenance au pôle de compétitivité Industries et Agroressources et son réseau d’entreprises et de chercheurs...

De nouvelles parts de marché à la clé

Au total, près d’un million d’euros va être investi dans le projet Sensas, dont les recherches déboucheront dans trois ans. La Région y participe à hauteur de 365 000 €, dont 174 000 € pour les recherches universitaires.

Les applications économiques potentielles sont très importantes, notamment pour l’industrie cosmétique, très présente en Picardie. Novance et Labosphère espèrent gagner de nouvelles parts de marché dans ce secteur très concurrentiel mais en plein essor.

LOCALISATION

 

INFORMATIONS PRATIQUES

Novance
Chemin de l’Usine, 60280 Venette
03 44 90 70 00
www.novance.com

A VOIR AUSSI

Agir n°164
Mai 2014
 
 
 

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Avez-vous pensé à consulter sur notre site la rubrique «Aides régionales» ?
Il est également possible de contacter notre pôle d'accueil et de services au 0800 02 60 80 (gratuit depuis un poste fixe) qui pourra répondre à vos questions du lundi au vendredi de 8h à 18h.
Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici