23/12/2009

Le projet Cademce

Des chercheurs qui ont un train d’avance

- A +
Ecoutez le texte avec ReadSpeaker Recommander cet article Imprimer
Rencontre avec Monsieur Roger Ceschi, ancien directeur de l’ESIEE (École supérieure d’ingénieurs en électrotechnique et électronique d’Amiens)
Le projet Cademce

Pourquoi un tel projet : contexte et enjeux ?

Le train à grande vitesse fonctionne avec les caténaires, câbles électrique installés au-dessus des voies, un pantographe, appareil qui transmet le courant de la caténaire aux moteurs et, la bande de captage qui permet le contact direct avec les caténaires. Cette bande de captage (bande de carbone) subit en permanence des arcs électriques qui provoquent des ruptures de contact et son usure. Sur les TGV, elle doit être remplacée environ tous les 20 000 km ce qui implique des coûts énormes. Nous avons donc lancé un projet de bancs d’essais, afin d’observer, en temps réel, le comportement de l’ensemble caténaire-bande de carbone-pantographe et de supprimer le problème. Notre plate-forme baptisée Cademce, (Caractérisation dynamique et environnementale de moyens de captage électrique), labellisée du pôle de compétitivité I Trans, devrait s’implanter dans un bâtiment de 1 000 m2, à Amiens en 2012.

Quelle est la vocation de ce centre d’essais et ses applications ?

Destinée aux équipementiers européens du secteur ferroviaire, cette plate-forme, unique au monde, réunira toutes les contraintes techniques et environnementales. Elle permettra de simuler en temps réel des vitesses très élevées pouvant atteindre 600 km/h (contre 210 km/h maximum), une forte intensité électrique de 2 500 Ampères (contre 1 200 maximum) et, dans une enceinte climatique dédiée, seront recréées des conditions climatiques et environnementales variées et difficiles : givre, sable, chaleur et humidité. Elle comptera trois bancs d’essais : le banc statique simulera le train à l’arrêt, le banc hybride fera fonctionner le pantographe avec la caténaire fixe, enfin le banc dynamique fera tourner la caténaire à 600km/h avec le pantographe. Ce banc servira également pour des pré-certifications.

Aujourd’hui destiné aux équipements ferroviaires, demain quels autres marchés pourraient faire appel à cette haute technologie ?

Cet équipement peut être ouvert aux marchés qui utilisent le transport d’énergie par contact : le métro, demain les voitures électriques ou encore l’aéronautique. Et, rêvons un peu : d’ici à 20 ans, on pourra également travailler sur le transfert de charges sans contact par génération de plasma (milieu fortement chargé en électricité).

 

MOTS-CLES

innovation , transport

Présentation de l’équipe porteuse du projet et de ses partenaires :

L’ESIEE est à l’initiative de Cademce : Monsieur Mpanda et moi-même. Carbone Lorraine nous a délégué Bernard Mulot. En 2012, il y aura huit personnes dédiées sur le site.
Nos partenaires principaux sont, bien sûr Carbone Lorraine, producteur de caténaire, Alsthom, Eurotunnel, Brecknelle Willis et la SNCF. Tous sont fortement mobilisés autour du projet, avec le soutien financier de la Région Picardie.

A VOIR AUSSI

Transport, multimodalité et logistique avancée
Des transports plus rapides, plus souples, plus propres.
 
 
 

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Avez-vous pensé à consulter sur notre site la rubrique «Aides régionales» ?
Il est également possible de contacter notre pôle d'accueil et de services au 0800 02 60 80 (gratuit depuis un poste fixe) qui pourra répondre à vos questions du lundi au vendredi de 8h à 18h.
Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici