14/01/2010

Le Président du Conseil régional témoigne au procès en appel des salariés de Continental

- A +
Ecoutez le texte avec ReadSpeaker Recommander cet article Imprimer
Claude Gewerc, président du Conseil régional de Picardie, a été appelé à témoigner au procès en appel des salariés de l’usine Continental de Clairoix qui s’est tenu ce mercredi 13 janvier à la Cour d’appel d’Amiens.
Le Président du Conseil régional témoigne au procès en appel des salariés de Continental

"Un gâchis humain et industriel", c’est ce qui restera de l’histoire
des Conti et de la fermeture du site de Clairoix, un site pourtant
rentable qui devait, grâce aux investissements promis et aux
sacrifices consentis par les salariés dans le cadre de l’accord 40
heures signé avec Continental, pérenniser l’activité et les
emplois.

Cette affaire, le Président Gewerc l’a souligné à plusieurs
reprises lors de l’audience, symbolise le peu de cas que
l’économie financiarisée à outrance fait de l’économie réelle, son
mépris pour les salariés et leurs familles.

Dans son témoignage, le Président Gewerc a également rappelé
que ses nombreux échanges avec les représentants des salariés
de Continental lui ont permis d’apprécier leur sens de la
responsabilité, leur recherche de dialogue constructif et leur
souci de donner une expression maîtrisée à la colère légitime de
leurs camarades.

Les événements de Compiègne doivent être replacés dans leur
contexte, celui de la décision du Tribunal confirmant la fermeture
du site de Clairoix, décision que les salariés de Continental ont
vécue comme un nouvel abandon.

Le Président du Conseil régional réitère son entière solidarité
aux salariés et à leurs familles. C’était précisément le sens de
son témoignage au procès en appel.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Avez-vous pensé à consulter sur notre site la rubrique «Aides régionales» ?
Il est également possible de contacter notre pôle d'accueil et de services au 0800 02 60 80 (gratuit depuis un poste fixe) qui pourra répondre à vos questions du lundi au vendredi de 8h à 18h.
Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici