5/11/2013

Le Conseil régional investit pour améliorer la qualité du transport

Signature de la Convention TER 2013-2018

- A +
Ecoutez le texte avec ReadSpeaker Recommander cet article Imprimer
La Région Picardie signe aujourd’hui deux conventions l’une avec SNCF, l’autre avec RFF. La nouvelle convention TER 2013-2018 passée entre le Conseil régional de Picardie et SNCF se donne pour objectifs d’améliorer la qualité de service et la performance du TER en Picardie, tout en maintenant le niveau de l’offre de trains et les abonnements attractifs. Pour y parvenir la Région Picardie apporte plus d’1 milliard d’euros.
Le Conseil régional investit pour améliorer la qualité du transport

Avec la signature de cette convention, la Région Picardie et SNCF formalisent leur troisième contrat de partenariat au service du transport ferroviaire en Picardie ; la convention 2002-2006 fut celle de la décentralisation et de la prise de compétence TER par la Région et la convention 2007-2012 celle du développement massif du TER Picardie tant au niveau de l’offre, du matériel que de la tarification régionale.

Ainsi, cette convention 2013-2018 s’est donnée pour objectif de replacer l’usager au cœur des priorités, en améliorant la qualité de service avec :

►Un dispositif expérimental d’indemnisation des usagers unique en France, en cas de retards récurrents sur une ligne ou en cas de retard de plus de 2h d’un train

► Des objectifs plus ambitieux pour une régularité améliorée

► Un renforcement des pénalités versées par SNCF à la Région en cas de suppression, de retard ou de non respect de composition des trains

► Un renforcement du suivi de la qualité de service et de la satisfaction des usagers

► Des plans d’action que SNCF s’engage à mettre en œuvre en cas de dérive de la qualité.

Sur le plan financier, la contribution de la Région s’élèvera entre 2013 et 2018 à 1,141 milliard d’euros pour transporter les 80 000 voyageurs par jour qui bénéficient d’une offre de trains constante et, avec Picardie Pass, de l’une des gammes d’abonnements les plus avantageuses de France.

Une convention avec Réseau Ferré de France

Dans le même temps, la Région Picardie signe aujourd’hui pour la première fois une convention de partenariat avec le gestionnaire d’infrastructure, Réseau Ferré de France.

Avec cette convention, la Région entend avoir une meilleure connaissance de l’utilisation du réseau ferroviaire en Picardie, de pouvoir anticiper les travaux sur le réseau et d’être informée de la qualité du réseau géré par RFF.

Pour RFF, la connaissance de l’évolution du trafic TER constitue un élément important pour préparer la planification des travaux sur le réseau, et ainsi concilier au mieux le développement de la mobilité des habitants de Picardie avec le besoin continu de modernisation du réseau ferré (programme de renouvellement des voies, modernisation de la ligne Creil-Beauvais…).

Cette convention de partenariat avec RFF prévoit également une information accrue sur le positionnement des plages travaux et sur la régularité des circulations, informations qui seront transmises dans le cadre de réunions entre les services. Par ailleurs, RFF s’engage également à communiquer les éléments en sa possession sur le trafic Fret et son évolution.
Ce travail suivi et approfondi avec le gestionnaire d’infrastructure qu’est RFF concourra à l’atteinte des objectifs définis dans le cadre de la convention TER nouvellement signée.

 

MOTS-CLES

TER , transport

Les investissements de la Région hors convention

La Région investit également sur l’infrastructure, notamment dans trois domaines essentiels à l’avenir du TER en Picardie :

► Davantage de places et de trains en circulation avec la commande, d’ici la fin 2013, de 7 rames Régio 2 N, l’engagement de la révision de 8 rames à deux niveaux, le tout pour un montant de 130 M€. Ces investissements permettront d’offrir les capacités suffisantes sur les liaisons vers Paris-Nord, depuis Amiens, Saint-Quentin, Compiègne et Creil ;

► La modernisation des gares et l’accessibilité renforcée ;

► La poursuite de la modernisation de l’infrastructure, sur les axes du Y vers Paris, pour préparer à la mise en service du barreau « Creil - Roissy ».