23/11/2015

Lâchez le volant, la voiture roule pour vous

- A +
Ecoutez le texte avec ReadSpeaker Recommander cet article Imprimer
Un volant dans un musée ? En 2050, pourquoi pas ?
Lâchez le volant, la voiture roule pour vous

Chloé, 15 ans, n’a pas connu cet "accessoire" d’une autre époque. Elle n’a pas encore le permis mais ça ne l’empêche pas de se déplacer à bord d’une voiture… sans chauffeur. Tous les soirs, elle réserve sa petite voiture pour 8h tapantes le lendemain, qui l’attend en bas de chez elle pour la conduire au lycée. Le temps du trajet, elle peaufine ses devoirs.

Un peu plus loin dans la rue, son voisin Pierre s’apprête à monter dans sa voiture, connectée, intelligente, tout électrique et équipée d’un joystick – le successeur du fameux volant – comme dans les jeux vidéo. Ce qu’il apprécie le plus, particulièrement en hiver quand les températures sont négatives : son bijou de technologie s’autoprépare le matin et est déjà chauffé, les vitres désembuées et dégivrées, lorsqu’il prend la route. Sa voiture se connecte à son agenda et à la météo, sait à quelle heure il a prévu de partir, le temps qu’il fera, et s’active pendant qu’il prend son petit déjeuner.

Un long voyage est prévu aujourd’hui : Château-Thierry – Cannes d’une traite, mais Pierre sait qu’il arrivera à destination en pleine forme. Ils se relayeront sur l’autoroute, sa voiture et lui. Elle est son copilote ! Ce matin, c’est lui qui prend la main, ensuite il la laissera rouler comme une grande sur l’autoroute, le temps de boucler ses dossiers et animer ses réunions en visioconférence, directement depuis son siège. Il somnolera même une heure ou deux devant un film…

De la science-fiction tout ça ? Pas si sûr… À l’Université de technologie de Compiègne (UTC), les chercheurs travaillent déjà sur la voiture du futur.

L’avis de Philippe Bonnifait, membre de l’équipe de recherche du laboratoire Heudiasyc, à l’UTC

"En 2050, c’est certain on conduira différemment, on aura un autre usage de la voiture. De là à dire qu’elle sera 100 % autonome et que l’on n’aura plus besoin de la manœuvrer, non. L’intervention humaine restera nécessaire, heureusement d’ailleurs…

Dans le futur, il y aura trois modes de conduite : le mode manuel classique, comme actuellement, le mode 100 % autonome et le mode délégation-partenaire de conduite. Une révolution ! On pourra ainsi réserver une voiture sans chauffeur via une application mobile dédiée pour se rendre à l’aéroport, par exemple. Le véhicule – électrique – passera vous prendre, vous déposera et filera aussitôt se garer-recharger dans un parking, dans l’attente de son prochain client. On peut imaginer qu’il y aura plus tard des parkings entiers de véhicules autonomes. Fini le casse-tête pour trouver une place. Le projet PAMU – plateforme avancée de mobilité urbaine – sur lequel nous travaillons avec Renault va dans ce sens.

Et ce n’est pas tout : la délégation de conduite, dans les bouchons ou sur des trajets connus et régulièrement pratiqués, c’est pour bientôt… Dans une dizaine d’années, les voitures dernière génération le proposeront. Imaginez : vous laissez les commandes à la voiture pendant que vous travaillez, passez vos coups de fil, ou encore vous relaxez. Idem sur l’autoroute, la voiture pourra passer en mode autonome sur la voie de droite. Elle ne roulera pas forcément très vite, mais on pourra lâcher complètement le volant en toute confiance et faire autre chose ! La voiture sera alors un partenaire de conduite.

Est-ce qu’on se passera du volant ? C’est très peu probable, mais il sera sans doute différent dans la forme, un joystick par exemple. Il est encore très loin le temps où l’homme ne conduira plus jamais sa voiture. L’homme doit toujours avoir une position supérieure au robot, ne l’oublions pas. Abandonner définitivement le volant c’est laisser au robot le contrôle total et ça n’est pas souhaitable. Peut-être que dans 30 ans des constructeurs automobiles continueront à fabriquer des voitures mais proposeront des services et systèmes de transport intelligent associés. On sera en plein dans la révolution numérique en 2050. Nous n’en sommes encore qu’aux prémices."

A VOIR AUSSI

Le labo Heudiasyc, "cerveau" de la voiture sans chauffeur de Renault
A l’UTC de Compiègne (60)
 
 
Le laboratoire Heudiasyc à la pointe
Entretiens avec Ali Charara et Philippe Bonnifait
 
 
Une voiture autonome d’ici huit à dix ans
Travaux du laboratoire d’excellence MS2T
 
 
Le centre d’innovation de l’UTC
À Compiègne (60)
 
 
 

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Avez-vous pensé à consulter sur notre site la rubrique «Aides régionales» ?
Il est également possible de contacter notre pôle d'accueil et de services au 0800 02 60 80 (gratuit depuis un poste fixe) qui pourra répondre à vos questions du lundi au vendredi de 8h à 18h.
Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici