23/11/2015

La révolution de la chirurgie régénératrice

- A +
Ecoutez le texte avec ReadSpeaker Recommander cet article Imprimer
Chaque jour, dans les salles d’opération, les médecins font des miracles. En 2050, les patients, qui ne doivent plus attendre de longs mois pour bénéficier de dons d’organes, ont accès à des soins toujours plus efficaces.
La révolution de la chirurgie régénératrice

Le rejet ou l’intolérance des greffons n’existe quasiment plus. La nouvelle technique à l’origine de cette révolution médicale ? La chirurgie régénératrice. Désormais, un os, un tendon, un muscle et même un organe endommagé peuvent être reconstruits à l’identique, grâce aux cellules embryonnaires collectées dès la naissance !

Tout nouveau-né en France bénéficie, en effet, du même traitement : son cordon ombilical, qui le relie à sa mère, est conservé et immédiatement traité en laboratoire. En quelques mouvements, les scientifiques en extraient les cellules, avant de les stocker dans une « banque » pour pouvoir les utiliser plus tard. L’intérêt est vital : si le nouveau-né devenu adulte se blesse grièvement, il n’aura pas de problème pour bénéficier d’une greffe. Les médecins appliqueront sans peine les progrès révolutionnaires de l’art de guérir. En peu de temps, les membres altérés "repousseront", à l’identique et grâce aux cellules embryonnaires.

Autres avancées majeures par rapport à la médecine du début du XXIe siècle : l’acte chirurgical à distance, les biomatériaux comme outils de réparation de mutilations jusqu’alors irréversibles… Grâce à ces techniques révolutionnaires, développées à l’Institut Faire Faces à Amiens, la médecine réécrit son histoire. Les chirurgiens spécialistes de la prise en charge de la défiguration ont même réussi à redonner à leurs patients une caractéristique que l’on croyait impossible à reconstruire : l’expressivité

L’avis du Professeur Bernard Devauchelle, chef du service de chirurgie maxillo-faciale du CHU d’Amiens

"Au cours de ma carrière, commencée il y a plus de trente ans, j’ai vécu deux révolutions médicales : l’autotransplantation – le fait d’implanter sur un individu un organe fonctionnel prélevé sur lui-même – et l’allotransplantation – la greffe d’organes ou de tissus cutanés entre deux individus. Que nous réserve l’avenir ? J’imagine que la nouvelle révolution résidera dans la chirurgie régénératrice. Soyons optimistes : d’ici quelques années, il sera possible de faire repousser à partir de cellules un os, un organe voire un membre entier !

Nous, chirurgiens, sommes animés par une volonté permanente de reconstruire. Notre geste, vital, reste artisanal. Si la main de l’homme ne peut pas être remplacée, elle peut tout à fait être aidée pour atteindre de nouveaux objectifs de reconstruction.

C’est tout le défi de l’Institut Faire Faces, qui ouvrira ses portes en 2017 : faire émerger de nouvelles sources de progrès dans la médecine. Cela passera, j’en suis convaincu, par l’application à la chirurgie maxillo-faciale de nouvelles techniques et l’intégration de nouvelles technologies.

Dans un bâtiment indépendant, mais intégré au Centre hospitalier universitaire Amiens Sud, les chercheurs du monde entier pourront réfléchir au recours à la microchirurgie, aux biomatériaux… La robotique, par exemple, nous offrira la possibilité d’intervenir sur des zones du corps très sensibles et encore trop peu explorées, avec une précision ultime.

Il est vital de faire évoluer nos techniques, d’optimiser notre lien avec le monde biologique et de promouvoir, coûte que coûte, une approche multidisciplinaire. Ensemble, créons une nouvelle et nécessaire rupture dans l’histoire de la chirurgie et préparons l’avenir !"

LOCALISATION

 

INFORMATIONS PRATIQUES

A VOIR AUSSI

Entretien avec Bernard Devauchelle
A propos du projet FIGURES
 
 
Figures
Un projet porté par le Professeur Devauchelle (UPJV)
 
 
 

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Avez-vous pensé à consulter sur notre site la rubrique «Aides régionales» ?
Il est également possible de contacter notre pôle d'accueil et de services au 0800 02 60 80 (gratuit depuis un poste fixe) qui pourra répondre à vos questions du lundi au vendredi de 8h à 18h.
Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici