26/11/2013

La Picardie se mobilise contre le "binge drinking"

Zoom sur le projet AlcoBinge, porté par Mickaël Naassila

- A +
Ecoutez le texte avec ReadSpeaker Recommander cet article Imprimer
Avec "AlcoBinge", projet d’envergure européenne, le chercheur picard Mickaël Naassila pointe du doigt la consommation à outrance d’alcool, une pratique qui frappe de plein fouet la jeunesse. Son but : venir à bout de ce fléau des temps modernes.

Boire beaucoup, très vite

On connaissait la "malbouffe" en France et son impact sur la santé avec le développement de l’obésité. Depuis quelques années, c’est un fléau d’un genre nouveau qui sévit : le "binge drinking".

Le (mauvais) principe ? Boire très rapidement et en très grande quantité. Concrètement, la "biture express", c’est consommer plus de six verres en une heure. Un stade plus facile à atteindre qu’il n’y paraît, avec la commercialisation d’alcool fort, associé à du sucre pour en masquer le goût, et le marketing agressif à destination des jeunes.

Les jeunes, premiers concernés

Le "binge drinking", qui touche en particulier les jeunes, est un phénomène déjà malheureusement bien connu. L’alcoolisation à outrance peut intervenir très précocement, entre 12 et 16 ans : le taux d’alcool dans le sang de ces jeunes buveurs peut aller jusqu’à 2,20 grammes !

D’après les dernières statistiques, 6 % des enfants scolarisés en classe de sixième ont déjà connu l’ivresse. Ce taux atteint même 40% en dernière année de collège.

En Grande-Bretagne, la consommation d’alcool chez les jeunes se banalise : le week-end, les unités de secours trustent les quartiers prisés pour traquer les innombrables cas de comas éthyliques.

AlcoBinge

Depuis le début des années 2000, la Picardie mobilise ses chercheurs pour combattre le fléau du "binge drinking". En 2009, un projet européen a même été lancé sur le sujet, associant des équipes britanniques et françaises.

A Amiens, le poisson-pilote de l’équipe picarde se nomme Mickaël Naassila. Ce professeur de physiologie est à la tête d’une unité de vingt chercheurs - nom de code : ERi 24 - au sein du laboratoire Inserm de l’UPJV. Leur projet ? AlcoBinge, doté d’un budget de 2,2 millions d’euros et soutenu par la Région.

Le résultat de leurs recherches - effectuées sur des rats - sur le fonctionnement cérébral en cas de "binge drinking" est consternant :

  • les intoxications alcooliques répétées à l’adolescence rendent les sujets adultes plus vulnérables à l’alcool ;
  • à la suite d’une consommation précoce, des taches apparaissent sur le cerveau sur des zones impliquées dans les fonctions à planifier ;
  • la prise d’alcool à outrance semblerait modifier la mémoire.

La Picardie aux avant-postes du combat

Alors comment lutter ? Prévention ? Répression ? Pour Mickaël Naassila, démultiplier les messages selon les cibles est primordial.

Pour vaincre le "binge drinking", l’idée est donc :

  • d’agir et de faire de la prévention dans le milieu scolaire,
  • de former les professionnels de santé au repérage précoce des patients présentant une consommation d’alcool à risque,
  • d’élaborer un programme d’intervention de l’école primaire aux établissements post-bac.

C’est bien toute la Picardie qui se mobilise !

 

MOTS-CLES

recherche , santé

Mickaël Naasila, physiologiste

Un autre projet, AlcoolPredict, a été initié en 2012. Son but : étudier les facteurs prédictifs, neurocognitifs, génétiques et environnementaux qui sont impliqués dans le "binge drinking".

Plus d’infos sur le magazine Agir en Picardie feuilletable en ligne

A VOIR AUSSI

Agir en Picardie n°160
Novembre 2013
 
 
La Brosserie Française joue la carte du "made in Picardie"
L’entreprise picarde mise sur des produits 100 % français
 
 
Inoforges, des projets sur les rails
L’entreprise picarde innove
 
 
 

EN SAVOIR PLUS

Mickael Naassila
Télécharger (PDF - 1.2 Mo)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Avez-vous pensé à consulter sur notre site la rubrique «Aides régionales» ?
Il est également possible de contacter notre pôle d'accueil et de services au 0800 02 60 80 (gratuit depuis un poste fixe) qui pourra répondre à vos questions du lundi au vendredi de 8h à 18h.
Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici