14/05/2014

L’agriculture, un secteur d’avenir

4 jeunes picards témoignent

- A +
Ecoutez le texte avec ReadSpeaker Recommander cet article Imprimer
Éleveur, paysan-boulanger, conducteur de machines agricoles, ingénieur en agronomie… Les métiers liés au secteur de l’agriculture sont très nombreux. Et séduisent de plus en plus de jeunes. Rencontre avec 4 Picards, aux profils et aux parcours différents, qui ont fait le choix de l’agriculture. Avec ambition et une forte dose de motivation.

À la pointe de la modernité

Jimmy Norek, en 2e année de brevet professionnel agroéquipement, est convaincu d’avoir fait le bon choix en se tournant vers l’agriculture. Après un parcours scolaire chaotique, ce Picard de 21 ans a ouvert les portes du lycée professionnel Robert Schuman, à Chauny (02). Un choix qu’il n’est pas près de regretter.

"J’ai toujours été très attiré par le monde de l’agriculture", révèle l’apprenti. "Ce qui me passionne vraiment, c’est le machinisme agricole, les tracteurs, les pulvérisateurs, les planteuses… Tous ces engins sont ultramodernes : avec le guidage par GPS et toute l’électronique embarquée, ce sont des petits bijoux de technologie !"

Dans les ateliers de son lycée, le Picard suit une formation très technique. Au programme : des cours sur les différentes cultures en Picardie, des évaluations sur les connaissances et l’entretien du matériel ou encore des enseignements sur l’environnement et les agroressources.

"Il y a plein de domaines à explorer, des disciplines différentes mais complémentaires. Moi qui voulais exercer un métier de terrain, si possible en extérieur, je pense que j’ai vraiment trouvé ma voie".

"La soif d’apprendre"

Originaire de Plachy-Buyon, Laura Pillon marche dans le sillon tracé par son père, exploitant-négociant en céréales dans la Somme. Depuis 3 ans, cette jeune Picarde suit une formation agricole en apprentissage, entre les salles de classe de l’Institut polytechnique LaSalle Beauvais et le CerFrance de Boves. À la clé : un diplôme d’ingénieur de niveau bac + 5.

"L’agriculture regorge de métiers passionnants", s’enthousiasme la future conseillère agricole. "J’ai la chance de faire une formation qualifiante, qui me permet de passer de la rédaction de documents administratifs à l’étude de projets d’optimisation d’exploitations, de l’assistance comptable à la transmission d’informations sur la méthanisation. C’est très varié et je n’ai pas le temps de m’ennuyer !"

Motivée et travailleuse, appréciée par son maître d’apprentissage et ses collègues, Laura pense déjà à la suite de sa carrière. Qu’elle voit, bien entendu, dans l’agriculture. "J’ai toujours envie d’évoluer, de relever de nouveaux défis. J’aimerais pouvoir accompagner les jeunes agriculteurs dans leurs projets d’installation, me construire un réseau, faire la promotion de l’innovation auprès de mes clients… À mes yeux, l’agriculture, c’est l’avenir !"

Passion agriculture

Né à Amiens, Edwin Delasalle a passé son enfance à la campagne. Titulaire d’un BTS "Technologies végétales", obtenu au lycée du Paraclet, le jeune homme s’est ensuite tourné vers l’agriculture biologique.

"J’ai rencontré des paysans qui m’ont donné envie de travailler dans le bio et de suivre une
formation spécifique
", révèle Edwin. "À terme, je savais que je voulais devenir paysan-boulanger. Mon objectif : maîtriser toute la chaîne, de la culture des céréales à la fabrication de la farine, jusqu’à la commercialisation de mon pain au levain".

Pour réaliser son rêve, Edwin a pu compter sur l’association Terre de liens et sur le soutien de la Région. Fin 2012, le jeune homme a bénéficié d’une aide régionale de près de 22 000 € - sur les 54 640 € de son projet. Grâce à cette subvention, Edwin a pu monter son projet et s’installer à la campagne, à Rouvroy-les-Merles (60).

"Je participe à quatre AMAP et trois ventes au détail. Bientôt, j’aurai mon moulin, mes cultures bio. L’agriculture est une passion que je vis à fond !"

Champagne pour Lisa Petit !

À 19 ans, Lisa envisage de reprendre avec son frère Valentin l’exploitation vinicole familiale, à Chézy-sur-Marne, et ses 9 ha de vignoble en AOC Champagne. En attendant, cette jeune femme passionnée d’équitation prépare un brevet de technicien supérieur agricole "Analyse et conduite de systèmes d’exploitation", au lycée de Crézancy (02).

"Beaucoup d’élèves s’intéressent davantage à la zootechnie ou à l’agronomie. Or, une stratégie globale est nécessaire pour gérer une exploitation agricole". Lisa mesure bien "la pression importante" qui repose sur les épaules du chef d’entreprise. Elle, qui a vu ses parents s’engager dans de lourds investissements pour innover et se développer, n’ignore pas que la tâche est difficile.

Après son BTSA, la jeune femme s’orientera vers une licence professionnelle pour travailler dans un 1er temps comme commerciale dans une entreprise de matériel d’équitation. "Je pourrai ainsi acquérir de l’expérience hors du cocon familial dans un domaine qui m’attire, et laisser du temps à mon frère pour amortir son installation avec nos parents".

A VOIR AUSSI

Printemps de l’agriculture, 2e édition !
Du 31 mai au 8 juin 2014, dans toute la Picardie
 
 
L’agriculture en Picardie
Blé, pomme de terre, betterave : une agriculture performante
 
 
Les métiers de l’agriculture
A découvrir en images
 
 
Agir n°164
Mai 2014
 
 
 

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Avez-vous pensé à consulter sur notre site la rubrique «Aides régionales» ?
Il est également possible de contacter notre pôle d'accueil et de services au 0800 02 60 80 (gratuit depuis un poste fixe) qui pourra répondre à vos questions du lundi au vendredi de 8h à 18h.
Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici