26/11/2013

Inoforges, des projets sur les rails

L’entreprise picarde innove

- A +
Ecoutez le texte avec ReadSpeaker Recommander cet article Imprimer
Avec plus de 45 ans d’expérience dans l’étude et la fabrication de composants en alliages de cuivre et en aluminium, Inoforges accélère ses travaux de recherche pour renforcer son positionnement, notamment dans le ferroviaire.

Doubler son chiffre d’affaires sur le segment ferroviaire à moyen terme, Inoforges y travaille. L’entreprise, qui emploie près de 200 salariés à Breteuil – et une centaine de plus dans ses deux filiales en Pologne et en Chine –, mène actuellement plusieurs projets de recherche.

Des trains plus légers et économes en énergie

Le premier, baptisé Light-Brake-C3, devrait être mis sur le marché d’ici deux ans. "Il consiste à intégrer des fonctions en alliage d’aluminium haute performance dans les ensembles de freinage des trains, jusque-là en fonte", explique Philippe Gourdin, directeur du développement et de la qualité chez Inoforges. "Avec Faiveley et l’École des mines de Paris, nous menons depuis plusieurs années ce projet de recherche accompagné par le pôle de compétitivité i-Trans. Nous avons investi dans une plateforme de calcul et de simulation numérique à Breteuil et l’objectif de diminuer de 10 % le poids de la station de freinage a pu être atteint et vérifié sur les prototypes. Cette avancée doit permettre d’alléger d’une tonne le poids des TGV. "

Des trains plus légers, donc moins gourmands en énergie. Le projet a donné lieu au recrutement de deux ingénieurs et des embauches en production sont prévues, selon le succès commercial de cette innovation destinée au marché européen et mondial.

Un autre projet déjà sur les rails

Plus récemment, le projet Rail-Connect-Plus a été lancé. L’objectif d’Inoforges est d’étudier avec la SNCF le développement d’une gamme complète de produits pour les infrastructures ferroviaires. Il s’agit de rendre ces infrastructures plus faciles à installer, plus fiables dans le temps et adaptables à tous les chemins de fer européens. Trois jeunes doctorants-thésards de l’UPJV et de l’Esiee-Amiens planchent déjà sur ces sujets et la Région finance 448 000 € du projet.

En quelques années, Inoforges est passée de la production de composants standard pour le bâtiment à des ensembles très techniques de sécurité pour le ferroviaire et les poids lourds. Mais elle produit également des corps de détendeurs médicaux ou de plongée sous-marine, et des connecteurs électriques. "Nos équipes d’experts et nos investissements en automatisation-robotique et en moyens d’usinages de dernière génération nous permettent de nous diversifier."

Depuis un an, Inoforges est intégrée au sein du groupe français Lebronze-alloys, leader dans la production d’alliages de cuivre haute performance, et vient d’acquérir les Forges de Trie-Château. "Cette entreprise présente d’importantes synergies industrielles avec notre groupe. Elle est notamment équipée pour fabriquer des pièces de sécurité de plus de 500 kg. C’est important en terme de développement dans le ferroviaire, mais aussi dans le matériel agricole et le poids lourd, dans l’énergie et le nucléaire où notre groupe est déjà présent."

Lebronze-alloys emploie aujourd’hui 1 000 salariés à travers le monde, avec un chiffre d’affaires de 175 M€.

 

MOTS-CLES

entreprise , transport

LOCALISATION

 

INFORMATIONS PRATIQUES

Inoforges
1, rue de Montdidier - 60120 BRETEUIL
http://www.inoforges.com/

A VOIR AUSSI

La Brosserie Française joue la carte du "made in Picardie"
L’entreprise picarde mise sur des produits 100 % français
 
 
Des plantes pleines d’énergie
Le projet Optabiom en détail
 
 
La Picardie se mobilise contre le "binge drinking"
Zoom sur le projet AlcoBinge, porté par Mickaël Naassila
 
 
 

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Avez-vous pensé à consulter sur notre site la rubrique «Aides régionales» ?
Il est également possible de contacter notre pôle d'accueil et de services au 0800 02 60 80 (gratuit depuis un poste fixe) qui pourra répondre à vos questions du lundi au vendredi de 8h à 18h.
Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici