17/11/2010

Inauguration d’un nouveau Centre de Formation des Apprentis

CFA le Belloy, à Saint-Omer-en-Chaussée

- A +
Ecoutez le texte avec ReadSpeaker Recommander cet article Imprimer
Inauguration du CFA le Belloy, mercredi 17 novembre 2010 à 11h00, 51 rue de Belloy à Saint-Omer-en-Chaussée.

Ils sont près de 14 000 apprentis cette année en Picardie à
se préparer à leur futur métier : agriculture, BTP, industrie,
vente, hôtellerie restauration, de nombreux secteurs sont
mobilisés. La Picardie compte aujourd’hui un nouveau
centre d’apprentissage, le "BTP CFA Le Belloy", à Saint-
Omer-en-Chaussée dans l’Oise.

Fiche identité du CFA Le Belloy

Cet établissement, d’un coût de 3,5 millions d’euros, dont 1 million
d’euros fi nancé par le Conseil régional (la Région a également
mobilisé 1,4M d’€ du Feder), est né de la volonté de la Région
Picardie et de la profession du BTP de proposer aux jeunes qui
souhaitent s’orienter vers les métiers du BTP une offre complète
de formation par la voie de l’apprentissage, allant du CAP à Bac+2.

Investissements immobiliers et mobiliers du BTP CFA Le Belloy
Le BTP CFA Le Belloy accueillera au total une centaine d’apprentis tous
niveaux confondus dans son bâtiment de formation. Compte tenu de sa
situation géographique et afi n d’apporter aux jeunes une meilleure qualité
de formation, un hébergement sera construit pouvant loger une trentaine
d’apprentis.
Le site bénéfi cie déjà d’une restauration, d’un centre de documentation et
d’un lieu d’animation.
La construction des 2 bâtiments respectera la Réglementation Thermique
2005 à haute qualité environnementale.
Le projet architectural servira « d’outil pédagogique » pour les futurs métreurs
dans la construction de structures aux normes environnementales.

Un bâtiment respectueux de l’environnement
Les nouveaux bâtiments, centre de formation et internat, intègrent des
technologies constructives compatibles avec le développement durable :
ossature et enveloppe en bois, murs en bloc de terre cuite, toiture végétalisée,
le tout conforme aux critères THPE (Très haute performance énergétique).

Les formations proposées au Belloy concernent les métiers du BTP, de
l’informatique et de l’électronique :

  • La formation préparatoire
  • Technicien(ne) d’études du bâtiment - Option dessin de projet
  • Technicien(ne) d’études du bâtiment - Option étude de prix
  • Technicien(ne) d’études du bâtiment - Option économie de la construction
  • Technicien(ne) supérieur du bâtiment en économie de la construction (TSBEC)
  • Métreur
  • Technicien(ne) d’assistance en informatique (TAI)
  • Agent de maintenance sur équipements bureautiques (AMEB)

BTP Prévoyance possède sur le site du Belloy un centre de réadaptation
professionnelle. Une centaine de personnes, reconnues travailleurs
handicapés, bénéfi cient d’une formation qualifi ante et diplômante dans les
métiers d’étude de prix et de métré du BTP : titre homologué du ministère du
Travail sur les niveaux 5, 4 et 3. A l’issue de la formation, le taux de réussite
aux examens est de 91 % et le taux d’insertion à 1 an de 93 % sur les
entreprises du secteur.
Les organisations professionnelles du BTP (FFB, CAPEB, SCOP BTP
et FRTP) ont mis en évidence la nécessité de remplacer, d’ici 2015,
8 000 salariés, dont un nombre important de métreurs et de techniciens en
étude de prix, qui vont quitter la profession.
Il n’existe, en Picardie, aucune offre de formation en apprentissage
correspondant à ces métiers. BTP Prévoyance, par l’intermédiaire du Centre
du Belloy, a sollicité la Région Picardie afi n de créer un CFA sur les métiers
précités.

Annexe : La politique régionale d’apprentissage

De l’aide aux CFA et aux maîtres de stages, en passant par les aides
directes aux apprentis, le Conseil régional intervient à tous les niveaux
pour soutenir l’apprentissage, voie de formation complémentaire de
l’Éducation Nationale, qui sert souvent de recours pour des jeunes
en passe de décrocher du système scolaire.

La politique de développement de l’apprentissage menée depuis 2004 par le
Conseil régional a permis de créer de nouvelles sections, de nouveaux CFA et
un effort accru sur les investissements. Elle s’inscrit de plain-pied dans le Plan
régional éducation – formation (PREF), qui fi xe pour objectif de permettre à
chaque jeune d’aller le plus loin possible dans ses études.

Depuis 2004, la Région a consacré 28 millions d’euros aux investissements dans
les CFA.

Les aides versées aux CFA et aux employeurs d’apprentis

La Région participe aux dépenses de fonctionnement des CFA, en complément
des autres ressources qu’ils perçoivent. Ainsi 29M€ ont été consacrés en 2009
au fonctionnement des établissements pour couvrir les charges d’énergie,
l’achat de matériel pédagogique, etc.

La Région participe également dans certains cas aux travaux de rénovation
des CFA. Il convient de préciser cependant que la Région n’intervient qu’au cas
par cas, suivant la nature du dossier. Il appartient en effet en priorité aux CFA
de mobiliser les recettes issues de la taxe d’apprentissage et les ressources
des branches professionnelles pour financer leurs investissements comme leur
fonctionnement.

Afin n de favoriser le recrutement d’apprentis, qui rencontrent dans certains cas des
difficultés à décrocher un stage, la Région verse une indemnité aux employeurs
d’apprentis en contrepartie de la formation qu’ils apportent aux apprentis. Fixée
à 1 000 € par an et par apprenti, cette indemnité peut être majorée de 1 000 €
par an lorsqu’un contrat d’apprentissage est signé par une jeune femme dans
un métier réputé masculin, ou inversement par un jeune homme dans un métier
réputé féminin.

Les aides versées aux apprentis

Une indemnité de transport, d’hébergement et de restauration est versée aux
apprentis pour couvrir une partie des frais engagés pendant leurs formations
dans les CFA. En 2009, ce sont un peu plus de 4M€ qui y ont été consacrés.

Comme pour les lycéens, une prime est versée aux apprentis qui entrent en
formation pour couvrir une partie des frais engagés pour l’acquisition de matériel
pédagogique : en tout, un peu plus d’1M€ consacré chaque année par la Région.

Les chiffres de l’apprentissage depuis 2004

20042009
nombre d’apprentis11 69613 914
pourcentage de réussite au diplôme78, 281
taux d’insertion professionnelle8081
  • Par secteur La progression d’effectifs la plus importante (+74 %) se trouve dans le secteur des « métiers du commerce de la vente et de l’animation ». Néanmoins, c’est le secteur du « bâtiment et des travaux publics » qui avec plus de 3 000 apprentis représente 22 % des effectifs de l’apprentissage. Il est à noter sur la période de 2004-2009, une baisse des effectifs sur les secteurs de « l’industrie » et de « l’automobile ».
  • Par niveau Les formations par apprentissage dans l’enseignement supérieur ont rencontré un fort succès ces dernières années. Les effectifs d’étudiants apprentis ont plus que doublé depuis 2004. Ils sont plus de 800 aujourd’hui en Picardie. Il est à noter une progression importante pour les niveaux baccalauréat sur ces dernières années. Si une baisse progressive s’est amorcée sur le niveau CPA ou BEP ce niveau conserve le taux le plus fort soit près de 50 % des effectifs.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Avez-vous pensé à consulter sur notre site la rubrique «Aides régionales» ?
Il est également possible de contacter notre pôle d'accueil et de services au 0800 02 60 80 (gratuit depuis un poste fixe) qui pourra répondre à vos questions du lundi au vendredi de 8h à 18h.
Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici