5/12/2014

Communiqué de la présidence

Goodyear - 4 décembre 2014

- A +
Ecoutez le texte avec ReadSpeaker Recommander cet article Imprimer
Après l’annonce de GOODYAER de l’arrêt des négociations avec TITAN, la Région Picardie regrette que GOODYEAR n’ait pas su prendre toutes les dispositions pour qu’une véritable solution industrielle puisse être trouvée. Elle demande solennellement à GOODYEAR de renoncer au démantèlement du site et de créer enfin les conditions d’une reprise. Au-delà des moyens financiers légaux, GOODYEAR doit s’investir dans la recherche de solutions permettant de maintenir une activité industrielle et les emplois.

Dans cet esprit, la Région demande à GOODYEAR de reconsidérer la convention de revitalisation signée avec l’Etat, insatisfaisante tant dans ses moyens que dans ses dispositions. Cela passe d’abord par une véritable recherche d’un repreneur pour le FARM. La Région est prête à appuyer une reprise par un effort particulier en matière de recherche et d’innovation dans le cadre de son pôle agro-machinisme.
Par ailleurs, la Région sera particulièrement attentive à l’accompagnement individuel de chaque salarié. C’est à GOODYEAR qu’il appartient de proposer des solutions de formation adaptée à chaque salarié. En complément du PSE, la Région participera activement au reclassement des salariés par un apport en ingénierie et conseil notamment dans le cadre du Campus Formation.

Au-delà du site Goodyear, la Région propose à l’ensemble des partenaires, entreprises, collectivités, chambre de commerce et à l’Etat, de se mobiliser au sein d’un conseil de développement de l’Espace Industriel Nord. Chacun mobilisant de manière prioritaire ses moyens dans son domaine de compétences.
Il s’agit en particulier :

  • de mettre en œuvre une opération pilote au niveau national d’écologie industrielle dont les premières études ont déjà été engagées à l’initiative de la Région ;
  • d’engager un programme de requalification des friches industrielles.

La Région, pour ce qui la concerne, s’engage d’ores et déjà dans la création d’un pôle d’éco-construction avec le CODEM.
Exemplaire au plan énergétique, la zone doit aussi l’être en termes d’accessibilité et de fret, en particulier de fret ferroviaire.
C’est pour cette raison que la Région souhaite l’accélération du chantier fret ferroviaire permettant de relier l’espace industriel nord aux autoroutes ferroviaires du fret.

En plus des moyens déjà mobilisés avec les pôles de compétitivité, la Région engagera un programme d’accompagnement à l’innovation et d’aide à la diversification des entreprises dans le cadre de Picardie Technopole.
L’ensemble de ces mesures pourrait faire l’objet d’un plan de ré-industrialisation négocié avec l’Etat.

 

MOTS-CLES

économie , entreprise