1er/04/2011
Communiqué de la présidence

Claude Gewerc soutient la Journée nationale de défense et de promotion de la santé

- A +
Ecoutez le texte avec ReadSpeaker Recommander cet article Imprimer
Claude Gewerc, président du Conseil régional de Picardie, soutient la Journée nationale de défense et de promotion de la santé du 2 avril 2011, et s’y associe pleinement.

La Picardie a subi, sans doute plus que d’autres régions, de plein fouet, les effets de la crise économique. Les Picardes et les Picards souffrent, comme tous les Français, d’une baisse alarmante de leur pouvoir d’achat : hausses des produits alimentaires de base, augmentation du prix du gaz, des carburants… Ils subissent également les réductions drastiques, opérées par le gouvernement, dans le domaine de la santé.

Notre système de santé, hier un des meilleurs au monde, se dégrade… Le professionnalisme des soignants n’est pas remis en cause, bien au contraire, mais de réductions de postes de soignants hospitaliers, en fermetures d’hôpitaux de proximité, le service public hospitalier ne peut plus assurer une qualité de soins optimale. Les traitements sont de plus en plus coûteux et ne sont pas accessibles à tous : forfaits, franchises, non remboursements, dépassements d’honoraires…

De plus, la Picardie est une des régions où la densité médicale libérale est la plus faible avec de mauvais indicateurs de santé publique. Nous développons, alors que cela n’est pas de notre compétence, une politique de santé destinée à accompagner les actions de prévention, notamment auprès des jeunes, et à assurer l’accès de tous les Picards à une offre de soins de qualité.

Mais la situation reste extrêmement alarmante : plus d’un quart des Picards, faute de moyens nécessaires, renonce ou reporte des soins pourtant justifiés. Partout, en Picardie, des hôpitaux sont menacés, et des postes supprimés. La liste est longue… Dans l’Aisne, Château-Thierry, Chauny, Hirson, Soissons, Laon. Dans l’Oise, Clermont, Noyon, Méru, Chaumont-en-Vexin, Paul Doumer à Liancourt, Pont-Sainte-Maxence, et fusion des hôpitaux publics de Creil et de Senlis ! Dans la Somme, Doullens, Péronne, Abbeville !!!.

Les élus des collectivités territoriales picardes refusent avec force cette logique purement comptable, qui méconnait les besoins de la population, qui détruit un système de santé remarquable, et qui foule aux pieds l’égalité, et la solidarité devant la maladie.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Avez-vous pensé à consulter sur notre site la rubrique «Aides régionales» ?
Il est également possible de contacter notre pôle d'accueil et de services au 0800 02 60 80 (gratuit depuis un poste fixe) qui pourra répondre à vos questions du lundi au vendredi de 8h à 18h.
Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici