2/07/2015

Apprentis en scène : les coulisses

- A +
Ecoutez le texte avec ReadSpeaker Recommander cet article Imprimer
Le 25 juin 2015, c’était leur soirée. La soirée où les apprentis des CFA ont, comme de véritables comédiens, foulé les planches d’une scène prestigieuse, la Comédie de Picardie. Après des heures de travail réalisées en ateliers, le grand moment était arrivé : celui de restituer devant le public ces projets menés durant l’année.
Apprentis en scène : les coulisses

Il est 13h30. L’heure approche. Les apprentis se préparent, se rassemblent en petits groupes dans la cour et les couloirs de la Comédie de Picardie. Chez certains, la tension est palpable : ils s’entraînent déjà, micro à la main. D’autres sont plus décontractés. Après des heures de travail passées en classe à écrire, à moduler leur voix, à trouver la bonne gestuelle, avec l’aide de leurs professeurs et des compagnies de théâtre et des associations.

Ce soir, ils exposeront, sur scène face au public, le fruit du travail réalisé en classe. Mais un peu de patience encore, avant cela il va falloir répéter et, comme les professionnels, passer par la case "filages".
"Comment on se sent ? Plutôt détendus ! s’exclame Alexandre, 17 ans, en filière agroéquipement au Centre de formation des apprentis agricole d’Ysengremer. Nous avons travaillé avec la compagnie Teatro di Fabio. L’objectif, c’était de rédiger des saynètes de quelques minutes sur le thème de la santé et du sport. On s’est éclaté ! Cela a été une véritable libération et puis cela nous a permis de nous améliorer à l’écrit."

Tous en scène !

Vient l’heure des répétitions. Le groupe d’apprentis du Teatro Di fabio ouvre la marche. On installe le décor, les tables, les chaises, le matériel nécessaire pour jouer la scène. On débute par une saynète qui s’intitule L’Héritage. Fabio Alessandrini, metteur en scène et comédien de la troupe Teatro Di Fabio, les guide : "Faites attention, on ne vous entend pas, parlez plus fort. Et surtout regardez le public." Bienveillant, il les encourage aussi et n’oublie pas de leur enseigner les codes de la pratique théâtrale : "A la fin, on se met tous en ligne et on salue le public. Trois fois. Parfait ! Groupe suivant ! Vite, vite, il ne faut pas qu’il y ait trop de battement entre les saynètes".

Pendant ce temps, dans la salle, un autre groupe est là qui observe, fébrile, et se prépare lui aussi à répéter. Mélanie et son groupe, en seconde bac pro Services aux personnes et aux territoires au CFA de Péronne, ont travaillé avec l’aide de l’association Bulldog sur la réalisation d’une websérie. Le sujet ? La mise en scène de situations d’accidents. "Cela nous a demandé 30 heures de travail. C’était génial, une très bonne expérience : j’ai appris à parler en public, à travailler en équipe, à prendre de l’assurance."

Une expérience libératrice

Une fois les répétitions de ses groupes terminées, Fabio Alessandrini se confie : "On a commencé par montrer aux apprentis un spectacle à partir duquel ils ont choisi des thèmes qui leur serviraient de support pour écrire. On avait 6 heures pour travailler, et en 6 heures il est difficile de s’exercer sur la pratique théâtrale, la gestuelle. Nous nous sommes surtout focalisés sur l’écrit. L’objectif était de montrer aux apprentis qu’ils étaient capables d’écrire leur vie. C’est un véritable travail d’introspection. Certains étaient défaitistes : "Je n’ai pas d’idées, je ne sais pas quoi dire". Mais petit à petit, la carapace s’est ouverte et les idées ont fusé. Ce sera encore plus flagrant dans quelques mois. Ils se sentiront mieux pour exprimer leurs pensées, réaliser un dossier. Pour nous, metteurs en scène, c’est très vivifiant d’être en contact avec les jeunes générations."

Un grand moment de partage

Lory, 19 ans, sort de la salle. Elle est en CAP petite enfance à l’Unité de formation par apprentissage (UFA) Saint-Vincent-de-Paul et vient de terminer les répétitions avec son groupe. A la manière de Georges Perec, ce groupe, uniquement composé de jeunes filles, a fait défiler ses souvenirs. Des souvenirs en lien avec leur pratique scolaire et les stages qu’elles ont effectués : "Je me souviens la première fois que je suis allée à la crèche, je me souviens la première fois que je suis allée à l’école...." Lory, elle, a le trac. Mais est très satisfaite du travail accompli : "On s’est surpassées ! On a travaillé avec le Théâtre du Pressoir. On a donné le meilleur de nous-mêmes. On est fières de jouer nos propres textes devant un public et dans un endroit aussi prestigieux, même si on est un peu stressées. C’est la première fois que l’on va jouer en public devant autant de monde !"

17h. Les répétitions se terminent. La tension retombe un peu, les groupes se dispersent. Sarah Berna, professeure de culture générale et d’expression qui a travaillé avec l’UFA Jean-Calvin de Noyon conclut : "Au début, ils étaient effrayés. Puis ils se sont prêtés au jeu, ont réussi à s’exprimer. Ça a débloqué pas mal de choses, ils sont devenus plus actifs à l’oral. Ce soir ? Ils ne se sentiront pas seuls, ça va être un grand moment de partage avec d’autres, un grand défi à relever !" Pari gagné !

DIAPORAMA

Apprentis en scène 2015

LOCALISATION

 

INFORMATIONS PRATIQUES

Ecriture, théâtre, réalisation de vidéos... Le dispositif "Apprentis en scène" permet à de nombreux jeunes des Centres de formation des apprentis (CFA) de Picardie de participer toute l’année à des ateliers de création artistique avec l’aide de compagnies théâtrales, d’associations, de professeurs et de présenter ensuite leur travail sur scène devant un public.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Avez-vous pensé à consulter sur notre site la rubrique «Aides régionales» ?
Il est également possible de contacter notre pôle d'accueil et de services au 0800 02 60 80 (gratuit depuis un poste fixe) qui pourra répondre à vos questions du lundi au vendredi de 8h à 18h.
Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici